Illustration Accueil Encyclopédie(s) Recherche Archives Impression Facebook Style


Dans "en savoir plus", je raconte les "dessous"...


A suivre !
logo entête

Autres catégories
(encyclopédies secondaires, par catégories et/ou mot(s)-clef(s) ; 120, au 26 Janvier 2021) :

Encyclopédie(s) principale(s) :

Plantes comestibles/alimentaires et, dans une moindre mesure, "utiles" ;
sauvages à (perma)cultivées ; annuelles à pérenn(isé)es
(plantes "potagères"*, par noms français courant ou noms latins/botaniques)


* plantes "potagères" au sens (très) large du terme (voir explication détaillée sur la page concernée).

Illustration
Dernière modification le :
mercredi 20 décembre 2023, à 09h20

Analgésique

(37 espèces - liste non exhaustive)

A

Abies balsamea, Sapin baumier

img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 3-6

legume-feuille (laitue)tronc

Note : ***

Détails : Tronc (écorce interne, moëlle et résine consommées [nourriture/aliment, feuille (extrémités [base boissons/breuvages : tisanes]) comestibles.



Écorce interne, moelle, résine, jeunes pousses - thé. L'écorce interne est broyée en farine et mangée ; elle est utilisée pour faire une sorte de pain.

La moelle est également consommée.

La résine du tronc est mâchée ; elle donne une oléorésine utilisée pour les aromatiser les bonbons et pâtisseries.

Les pointes des branches sont utilisées pour le thé


Précautions

on rapporte que l'oléorésine (baume du Canada) produit une dermatite lorsqu'elle est appliquée comme parfum ; le feuillage a également induit une dermatite de contactµ{{{5(+)µ.

Note médicinale : *****

Usages médicinaux : La résine obtenue à partir du sapin baumier (voir «Notes d'utilisation» ci-dessous) a été utilisée dans le monde entier et est un agent antiseptique et cicatrisant très efficace. Il est utilisé comme revêtement protecteur cicatrisant et analgésique pour les brûlures, les ecchymoses, les plaies et les plaies [213, 222, 226]. Il est également utilisé pour traiter les mamelons endoloris [213] et est considéré comme l'un des meilleurs curatifs pour un mal de gorge [245]. Les bourgeons, la résine et / ou la sève sont utilisés dans les remèdes populaires pour traiter les cancers, les cors et les verrues [269]. La résine est également antiscorbutique, diaphorétique, diurétique, stimulante et tonique [4, 171, 222]. Il est utilisé en interne dans des mélanges de propriété pour traiter la toux et la diarrhée, bien que pris en excès, il est purgatif [238]. Un liquide chaud de la sève gommeuse a été bu comme traitement de la gonorrhée [212]. Un thé fait à partir des feuilles est antiscorbutique [4, 171]. Il est utilisé dans le traitement de la toux, rhumes et fièvres [222]. Les feuilles et les jeunes pousses sont mieux récoltées au printemps et séchées pour une utilisation ultérieure [238]. Cette plante était largement utilisée en médecine par diverses tribus indiennes d'Amérique du Nord [257]. La résine était utilisée comme agent cicatrisant antiseptique appliqué en externe sur les plaies, les plaies, les morsures, etc., elle était utilisée comme inhalant pour traiter les maux de tête et était également prise en interne pour traiter les rhumes, les maux de gorge et diverses autres plaintes [257].

Abies fraseri,
Pas d\'illustration
pour le moment 😕


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 4-7

tronc

Note : *

Détails : Les utilisations suivantes concernent le A. balsamea étroitement apparenté ; puisque cette espèce a aussi des cloques de résine dans l'écorce, les utilisations s'appliquent très probablement aussi ici. -écorce intérieure - cuite, elle est généralement séchée, broyée en poudre puis utilisée comme épaississant dans les soupes, etc. ou mélangée avec des céréales lors de la fabrication du pain ; aliment d'urgence, il n'est utilisé que lorsque tout le reste échoue ; -un poix résineux aromatique se trouve dans les cloques de l'écorce ; lorsqu'il est consommé cru, il est délicieux et moelleux ; -une oléorésine du brai est utilisée comme arôme dans les confiseries, les produits de boulangerie, les glaces et les boissons ; -les pointes des jeunes pousses sont utilisées comme substitut du thé.


Précautions

ATTENTION : l'oléorésine (baume du Canada) peut provoquer une dermatite chez certaines personnesµ{{{5(+)µ.

Note médicinale : ***

Usages médicinaux : Les utilisations suivantes concernent le A. balsamea étroitement apparenté. Puisque cette espèce a aussi des cloques de résine dans l'écorce [81], les utilisations s'appliquent très probablement aussi ici. La résine obtenue à partir du sapin baumier (voir «Notes d'utilisation» ci-dessous) a été utilisée dans le monde entier et est un agent antiseptique et cicatrisant très efficace. Il est utilisé comme revêtement protecteur cicatrisant et analgésique pour les brûlures, les ecchymoses, les plaies et les plaies [213, 222, 226]. Il est également utilisé pour traiter les mamelons endoloris [213] et est considéré comme l'un des meilleurs curatifs pour un mal de gorge [245]. Les bourgeons, la résine et / ou la sève sont utilisés dans les remèdes populaires pour traiter les cancers, les cors et les verrues [269]. La résine est également antiscorbutique, diaphorétique, diurétique, stimulante et tonique [4, 171, 222]. Il est utilisé en interne dans des mélanges de propriété pour traiter la toux et la diarrhée, bien que pris en excès, il est purgatif [238]. Un liquide chaud de la sève gommeuse a été bu comme traitement de la gonorrhée [212]. Un thé fait à partir des feuilles est antiscorbutique [4, 171]. Il est utilisé dans le traitement de la toux, du rhume et de la fièvre [222]. Les feuilles et les jeunes pousses sont mieux récoltées au printemps et séchées pour une utilisation ultérieure [238]. Cette plante était largement utilisée en médecine par diverses tribus indiennes d'Amérique du Nord [257]. La résine était utilisée comme agent cicatrisant antiseptique appliqué en externe sur les plaies, les plaies, les morsures, etc., elle était utilisée comme inhalant pour traiter les maux de tête et était également prise en interne pour traiter les rhumes, les maux de gorge et diverses autres affections [257].

Adenopodia scelerata,
Pas d\'illustration
pour le moment 😕



legume-feuille (laitue)

Parties comestibles : tiges - jus (traduction automatique) | Original :


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Althaea officinalis, Guimauve officinale

img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : -25°C, zone 3-7

legume-fleurlegume-feuille (laitue)legume-racine (carotte)

Note : *****

Détails : Racine (racines cuites [nourriture/aliment, salade ; et base boissons/breuvages : tisanes {infusion}]) comestible.



Feuilles - crues ou cuites ; elle sont utilisées comme plante potagère (potherbe) ou pour épaissir soupes ; lorsqu'elles sont utilisées en petites proportions avec d'autres feuilles , le goût et la texture sont acceptables , mais si un grand nombre de feuilles est cuit ensemble leur texture mucilagineuse les rend désagréable ; les feuilles peuvent être consommées crues , mais sont plutôt fibreuses et un peu poilues, bien que le goût soit doux et agréable ; nous avons trouvé qu'elles étaient tout à fait acceptables dans les salades lorqu'elles sont hachées finement. Racines - crues ou cuites ; lorsqu'elles sont bouillies puis frites avec des oignons , elles sont dites faire un plat savoureux qui est souvent utilisé en période de pénurie ; la racine est utilisée comme légume, elle est également séchée puis broyée en une poudre , transormée en pâte et rôtie de faire la douce « guimauve » (marshmallow, chamallow) ; la racine contient environ 37 % d'amidon , 11 % de mucilage , 11 % de pectine ; l' eau qui reste après la cuisson d'une partie de la plante peut être utilisée comme un substitut de blanc d'oeuf dans la fabrication de meringues etc... ; l'eau de la racine est la plus efficace ; elle est concentrée par ébullition jusqu'à ce qu'elle ait une consistance semblable à du blanc d'oeuf ; un thé est fait à partir des fleurs ; un thé peut également être réalisé à partir de la racine ; la racine de guimauve est également utilisée comme masticatoire.


Précautions

ATTENTION : pas d'effets indésirables documentés, mais des rapports anecdotiques sur des réactions allergiques et baisse de glycémieµ{{{5(+)µ.

Note médicinale : *****

Usages médicinaux : La mauve des marais est une plante médicinale domestique très utile. Ses propriétés adoucissantes apaisantes le rendent très efficace dans le traitement des inflammations et des irritations des muqueuses telles que le tube digestif, les organes urinaires et respiratoires [4, 254]. La racine combat l'excès d'acide gastrique, l'ulcération gastro-duodénale et la gastrite [254]. Il est également appliqué à l'extérieur sur les ecchymoses, les entorses, les douleurs musculaires, les piqûres d'insectes, les inflammations cutanées, les éclats, etc. [4, 238]. La plante entière, mais surtout la racine, est antitussive, adoucissante, diurétique, très émolliente, légèrement laxative et odontalgique [4, 17, 21, 46, 165]. Une infusion de feuilles est utilisée pour traiter la cystite et les mictions fréquentes [254]. Les feuilles sont récoltées en août, lorsque la plante vient juste de fleurir et peuvent être séchées pour une utilisation ultérieure [4]. La racine peut être utilisée dans une pommade pour traiter les furoncles et les abcès [254]. La racine est mieux récoltée à l'automne, de préférence sur des plantes âgées de 2 ans, et est séchée pour une utilisation ultérieure [238]. Les monographies allemandes de la Commission E, un guide thérapeutique de la phytothérapie, approuvent Althaea officinalis Marsh Mallow pour l'irritation de la bouche et de la gorge et la toux sèche / bronchite associée (racine et feuille), une légère inflammation de la muqueuse de l'estomac (racine) (voir [302] pour les critiques de la commission E).

Andrographis paniculata, Chirette verte

img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

legume-feuille (laitue)

Note : *

Détails : Les feuilles sont parfois consommées mélangées à d'autres légumes ; c'est une plante cultivée.



Feuilles. Elles sont très amères et ne sont généralement utilisées qu'en très petites quantités et à des fins médicales/médicinales uniquement ; tant que des études plus poussées n'auront pas établi leur innocuité, éviter les extraits dont la teneur en andrographolide (lactone de di terpène, principal constituant de l'Andrographis) est supérieure à 6 %.


Précautions

ATTENTION : Andrographis paniculata est une plante herbacée annuelle érigée au goût extrêmement amer dans toutes les parties du corps de la plante ; la plante est connue dans le nord-est de l'Inde sous le nom de Maha-tita, littéralement «roi de l'amer», et connue sous divers noms vernaculaires ; en tant qu'herbe ayurvédique, elle est connue sous le nom de Kalmegh ou Kalamegha, ce qui signifie «nuage sombre» ; elle est également connue sous le nom de Bhumi-neem, qui signifie «neem du sol», car la plante, bien qu'étant une petite herbe annuelle, a un goût amer fort similaire à celui du grand arbre Neem (Azadirachta indica) ; en Malaisie, elle est connu sous le nom de Hempedu Bumi, qui signifie littéralement «bile de terre» car c'est l'une des plantes les plus amères utilisées en médecine traditionnelleµ{{{5(+).

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : La chireta verte a une longue histoire d'utilisation médicinale traditionnelle en Inde, dans diverses régions d'Asie du Sud-Est, en Amérique centrale et dans les Caraïbes [310]. Les racines et les feuilles sont considérées comme altératives, anthelminthiques, amères, fébrifuges, gastriques et toniques [46]. Il y a eu un grand nombre de recherches sur les effets de cette plante, plusieurs composés médicalement actifs ont été identifiés avec un large éventail d'actions efficaces [310]. Les parties aériennes de la plante contiennent un grand nombre de diterpènes, tandis que la présence de flavones dans la racine a également été signalée [310]. Des extraits et des diterpènes et flavonoïdes purifiés ont été étudiés pour une multitude d'effets pharmacologiques. Les essais utilisant l'extrait de feuilles ont conclu que les feuilles en poudre ont la capacité de raccourcir considérablement la durée du rhume et que les feuilles peuvent être aussi efficaces que le paracétamol pour soulager la fièvre et les maux de gorge des personnes atteintes de pharyngotonsilite [310] Les feuilles ont également Il a été démontré qu'il avait un effet anti-inflammatoire significatif et inhibait également de manière significative l'?dème [310] Un extrait à l'éthanol des feuilles stimule davantage les réponses immunitaires spécifiques à l'antigène et non spécifiques que les extraits de feuilles purifiées. Un extrait à l'éthanol a également montré une activité antipyrétique significative. Un extrait de feuille standardisé présente des propriétés antipyrétiques significatives et est un analgésique efficace [310]. L'extrait aqueux brut des feuilles, ainsi que le n-butanol semi-purifié et les fractions aqueuses, ont montré une activité hypotensive significative [310]. Dans un essai, une perfusion de 10% de l'herbe appliquée par voie intraveineuse à 1 ml / kg de poids corporel a réduit la pression artérielle de 6 à 10 mm Hg en 10 à 20 secondes [310]. Il a également été démontré qu'un extrait de feuilles abaisse le taux de cholestérol, tandis que des effets antithrombotiques ont également été observés. On pense que ces effets pourraient être au moins partiellement dus aux flavones présentes dans l'extrait [310]. Administrés par voie intrapéritonéale, les diterpènes andrographiside et néoandrographolide (présents dans les feuilles) ont un effet protecteur significatif sur le foie. Un extrait de feuilles a montré une activité antidiarrhéique [310]. Les diterpènes andrographolide et néoandrographolide isolés à partir de l'extrait alcoolique ont montré une puissante activité antisécrétoire contre les sécrétions induites par l'entérotoxine d'Escherichia coli. Divers composés ont montré des propriétés anti-ulcéreuses significatives. Il est suggéré que cet effet est dû à l'activité antisécrétoire et à l'effet protecteur sur la muqueuse gastrique [310]. L'administration orale de 20 mg de poudre de feuilles sèches pendant 60 jours a un effet antifertilité chez les mâles [310]. L'extrait alcoolique des rhizomes présente une bonne activité anthelminthique in vitro contre Ascaris lumbricoides [310]. Le néoandrographolide, isolé des feuilles, présente une activité antipaludique significative [310] Le monoester d'acide succinique de déhydroandrographolide, dérivé de l'andrographolide, s'est avéré inhiber le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) in vitro [310]. Une infusion de feuilles administrée par voie intrapéritonéale a une DL50 de 71,1 mg / 10 g de poids corporel (toxicité aiguë). À une concentration de 1 mg / kg, il abaisse la température corporelle d'au moins 2 ° C [310]. La plante était autrefois considérée comme un remède efficace contre les morsures de serpent et elle est encore utilisée localement pour cela [310]. Il a également été rapporté comme utile pour traiter les piqûres d'insectes et, en association avec Orthosiphon aristatus, comme remède contre le diabète [310]. Une infusion ou de la sève des feuilles écrasées a été recommandée pour le traitement de la fièvre, comme tonique et pour les éruptions cutanées démangeaisons [310]. La décoction de feuilles ou de racines est utilisée contre les maux d'estomac, la dysenterie, le typhus, le choléra, la grippe et la bronchite, comme vermifuge, et est considérée comme diurétique [310]. Des pilules ou des perfusions sont également recommandées pour traiter les troubles féminins, la dyspepsie, l'hypertension, les rhumatismes, la gonorrhée, l'aménorrhée, le foie torpide et la jaunisse [310]. Une autre utilisation est un cataplasme sur les jambes ou les pieds enflés, le vitiligo et les pieux [310]. En outre, Andrographis paniculata est considéré comme anti-inflammatoire et immunosuppresseur, mais les rapports sur l'activité antibactérienne sont contradictoires [310]. Les feuilles doivent être récoltées lorsque l'axe de l'inflorescence commence à se développer, car l'accumulation maximale d'andrographolide est à ce stade [310]. Les racines sont récoltées lorsque les feuilles commencent à se décolorer ou à flétrir [310]. Des rendements de 1 à 1,5 kg poids frais / plante sont obtenus à partir de plantes âgées de 7 mois [310]. En général, l'herbe est utilisée fraîche et consommée quelques jours après la récolte [310]. Cependant, les feuilles et les racines doivent être lavées et séchées au soleil ou artificiellement avant le stockage [310]. car l'accumulation maximale d'andrographolide est à ce stade [310]. Les racines sont récoltées lorsque les feuilles commencent à se décolorer ou à flétrir [310]. Des rendements de 1 à 1,5 kg poids frais / plante sont obtenus à partir de plantes âgées de 7 mois [310]. En général, l'herbe est utilisée fraîche et consommée quelques jours après la récolte [310]. Cependant, les feuilles et les racines doivent être lavées et séchées au soleil ou artificiellement avant le stockage [310]. car l'accumulation maximale d'andrographolide est à ce stade [310]. Les racines sont récoltées lorsque les feuilles commencent à se décolorer ou à flétrir [310]. Des rendements de 1 à 1,5 kg poids frais / plante sont obtenus à partir de plantes âgées de 7 mois [310]. En général, l'herbe est utilisée fraîche et consommée quelques jours après la récolte [310]. Cependant, les feuilles et les racines doivent être lavées et séchées au soleil ou artificiellement avant le stockage [310].

Angelica sinensis, Angélique de Chine

img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : -5°C, zone 6-9

legume-feuille (laitue)legume-racine (carotte)

Détails : Partie(s) comestible(s) : feuilles, racines.

Utilisation(s)/usage(s) comestible(s) :

-les racines sont utilisées dans les soupes toniques, les vins et les porridges (bouillies) à base de riz ; elles sont également utilisés avec des plats de viande et de volaille.

-jeunes pousses cuites (ex. : comme potherbe) ? (qp*).


Précautions

(1*)ATTENTION : tous les membres de ce genre contiennent des furocoumarines, qui augmentent la sensibilité de la peau aux rayons du soleil et peut provoquer une dermatite ; des doses élevées de plus de 500 mg par jour peuvent provoquer des ballonnements abdominaux et des changements de calendrier / débit menstruel ; des informations non prouvées suggèrent que cela peut affecter le rythme cardiaque et abaisser la tension artérielle, la prudence est de mise pour les diabétiques, les infections virales aiguës (par exemple la grippe) et les traitements avec des anticoagulants (par exemple la warfarine)µ{{{5(+)µ. Elle ne doit pas être donnée aux femmes enceintesµ{{{0(+x)µ.

Note médicinale : *****

Usages médicinaux : Dang Gui est une herbe chinoise bien connue qui est utilisée dans le traitement des maladies féminines depuis des milliers d'années. Sa réputation est peut-être la deuxième derrière le ginseng (Panax ginseng) et il est particulièrement connu pour ses effets «toniques sanguins» sur les femmes [218]. La racine a un arôme doux et piquant qui est très distinctif et elle est souvent utilisée en cuisine, ce qui est la meilleure façon de la prendre comme tonique sanguin [254]. Un rapport indique que la racine contient de la vitamine B12 et peut être utilisée dans le traitement de l'anémie pernicieuse [176]. La racine est altérative, analgésique, anticholestérolémique, anti-inflammatoire, antispasmodique, désobstruante, emménagogue, émolliente, hépatique, laxative, sédative et vasodilatatrice périphérique [165, 176, 218]. Il est couramment utilisé dans le traitement d'un large éventail de femmes. s plaintes où il régule le cycle menstruel et soulage les douleurs menstruelles [218, 238, 254] et aussi pour assurer une grossesse saine et un accouchement facile [218]. Cependant, des informations contradictoires suggèrent qu'il ne doit pas être utilisé pendant la grossesse [301] et ne doit pas être utilisé si le flux menstruel est abondant ou pendant les règles [301]. C'est un tonique idéal pour les femmes aux menstruations abondantes qui risquent de devenir anémiques [254]. Les éléments hydrosolubles et non volatils de la racine augmentent la contraction de l'utérus tandis que les éléments volatils peuvent détendre le muscle de l'utérus [176]. Son utilisation empêche la diminution du glycogène hépatique et protège le foie [176]. Utilisé pour les symptômes de la ménopause (bouffées de chaleur) [301]. Il a une action antibactérienne, inhibant la croissance de diverses bactéries dont Bacillus dysenteriae, Bacillus typhi, B. comma, B. cholerae et streptocoques hémolytiques [176]. La racine est un ingrédient de «Four Things Soup», le tonique féminin le plus utilisé en Chine [254]. Les autres espèces utilisées sont Rehmannia glutinosa, Ligusticum wallichii et Paeonia lactiflora [254]. La racine est récoltée en automne ou en hiver et séchée pour une utilisation ultérieure [254, 283]. Il a été utilisé pour traiter l'hypertension pulmonaire en association avec le médicament allopathique nifédipine [301]. D'autres utilisations comprennent: la constipation (un laxatif), les traumatismes, les ulcères, les rhumatismes et le paludisme [301].

C

Carapa guianensis,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

legume-fruit (tomate)

Parties comestibles : médecine, fruits (traduction automatique) | Original :


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : L'écorce contient des tanins et un alcaloïde au goût amer, la carapine. Il est astringent, amer et fébrifuge [303, 348]. Il est utilisé en interne dans le traitement du paludisme, des maux d'estomac, de la diarrhée, de la dysenterie et des rhumatismes [348, 378]. L'écorce de tige est utilisée à l'extérieur comme un lavage pour traiter un large éventail de maladies de la peau, y compris les taches de varicelle et de rougeole; eczéma, ulcères, brûlures, plaies et plaies [348]. Les feuilles sont bouillies dans l'eau et utilisées pour laver les démangeaisons cutanées, les plaies et les ulcères persistants [303, 348]. Une décoction d'écorce de fruit est prise par voie orale pour le traitement de la fièvre et des vers intestinaux [303]. Une huile de couleur crème, intensément amère, d'une acidité élevée et d'une odeur très désagréable, appelée «huile de carapa», est obtenue à partir des graines [378]. L'huile est anti-inflammatoire, adoucissante et apaisante [348]. Une décoction est prise par voie orale dans le traitement de l'hépatite et du tétanos [303]. Il est utilisé pour traiter une gamme d'affections pulmonaires, y compris une toux hachée, des malaises des voies bronchiques et des problèmes pulmonaires [348]. Appliqué à l'extérieur, il est utilisé comme lotion pour la peau et assouplissant, en particulier pour les enfants atteints de muguet et la peau sèche et craquelée; et pour traiter une gamme d'affections cutanées, y compris l'eczéma, la teigne, les plaies, la douleur, l'enflure et les démangeaisons. Il est appliqué trois fois par jour pour traiter les pieux douloureux [348]. Il est frotté sur un estomac douloureux et utilisé pour réduire les abcès remplis de pus [348]. Il est mélangé à de la pâte d'anatta (Bixa orellana) et appliqué sur les cheveux et la peau afin de repousser les moustiques, les puces de sable, les tiques, les poux et autres insectes piqueurs [348]. Une goutte d'huile, associée à une goutte de lavande rouge, est utilisé pour traiter le muguet chez les enfants [348]. La noix râpée est mélangée à de l'eau chaude et bu comme traitement du paludisme, de la diarrhée et de la dysenterie, et pour réduire le flux menstruel excessif [348] Appliquée à l'extérieur, la noix râpée est mélangée à de l'huile de palme et utilisée comme analgésique pour les douleurs musculaires et des douleurs; comme antifongique; comme traitement de la peau sèche, des plaies et de l'eczéma; pour soulager les démangeaisons causées par la rougeole et la varicelle [348].

Chamaemelum nobile, Camomille

img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 4-10

legume-fleur

Note : **

Détails : Fleur (fleurs [base boissons/breuvages {tisanes} et/ou assaisonnement : aromate (condiment aromatique/aromatisant) {pour bière et liqueurs}]) comestible.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : *****

Chelidonium majus, Grande chélidoine

img



legume-feuille (laitue)

Note : *

Détails : Feuille (feuilles cuites [assaisonnement et/ou nourriture/aliment de famine partiellement/modérément comestible.(1*)



Les feuilles sont bouillies avec de la terre propre, le mélange est laissé pendant une nuit, puis lavé soigneusement dans plusieurs eaux. Très essentiellement un aliment de famine, à utiliser quand tout le reste échoue.


Précautions

(1*)ATTENTION : la plante entière, y compris les feuilles, contient de petites quantités d'alcaloïdes toxiques ; la toxicitéµ{{{5(+)µ des feuillesµ{{{(dp*)µ est cependant très faible, et peut-être encore grandement réduite par séchage. Le jus de la tige est très irritant et allergisantµ{{{5(+)µ et peut même devenir dangereux selon le contact et l'usageµ{{{(dp*)µ. Plus d'informations, voir lien Pfaf ("5")µ{{{(dp*)µ.

Note médicinale : ***

Usages médicinaux : le suc (latex) qui s'échappe quand on casse la feuille ou tige de la chélidoine contient une trentaine d'alcaloïdes toxiques (concentrés jusqu'à 2% dans les parties souterraines, ils servent de défense contre les herbivores), dont la spartéine, agent antiarythmique, et la coptisine, qui possède des propriétés antimitotiques. C'est en appliquant plusieurs fois ce latex sur les verrues (ainsi que les durillons et les cors) que celles-ci sont détruites rapidement, d'où son surnom d'« herbe aux verrues ».

La chélidoine a été expérimentée en homéopathie par Hahnemann et ses élèves. Elle agit également sur la circulation sanguine en élargissant les coronaires et en augmentant la tension. Les alcaloïdes ont aussi un effet bactéricide. Les remèdes à base de chélidoine ne doivent être employés que sous contrôle médical.

La chélidoine a traditionnellement été utilisée pour guérir de nombreuses maladies (foie, rhumatismes...) et était censée préserver de la peste.

On lui attribue aussi d'autres propriétés médicinales externes (décoction légère des feuilles ou suc dilué de la plante utilisé comme collyre antiophtalmique : ulcères des paupières, blépharites, ophtalmies chroniques) et internes (en infusion) : analgésique, diurétique, cholérétique, cholagogue, antispasmodique, dépuratif des voies biliairesµ{{{wikiµ.


Chenopodium album, Chénopode blanc

img



legume-fruit (tomate)legume-fleurlegume-feuille (laitue)

Note : ***

Détails : Grainesµ1, feuille (jeunes et/ou tendres pousses et tiges : crues ou cuites {ex. : comme potherbe, substitut d'épinard}) et fleur (jeunes inflorescences (dont bourgeons) : crues [salades, tartines]) comestibles.(1*)



Les parties les plus souvent utilisées sont les feuilles, les extrémités des tiges et les jeunes pousses entières, cuites comme celles de ses proches cousins, les épinards. Les jeunes tiges, quant à elles, sont consommées comme des asperges.



On récolte le chénopode blanc sous forme de pousses, après le deuxième n?ud et ensuite, on récolte les ramifications, avant qu'elles ne soient matures, jusqu'au milieu de l'été ou parfois plus tard.



Les feuilles fraîches et la tige sont très nutritives. Pande et Pathak montraient en 2010 qu'elles sont une bonne source d'acides aminés (leucine, isoleucine, mais surtout lysine, qui est un acide aminé essentiel utilisé en nutrition animale et humaine pour équilibrer les régimes alimentaires ou encore comme antiviral pour le traitement de l'herpès et du zona chez l'Humain). Également riches en minéraux et oligoéléments, elles sont aussi une bonne source de protéines, lipides et fibres, vitamines (vitamine C notamment) et fer biodisponible.



Les feuilles vertes sont particulièrement riches en calcium, en vitamine C et en caroténoïdes, ainsi qu'en fer (plus que dans les feuilles d'épinard et de chou, mais moins que dans celles de l'Amarante).

Cette plante fait l'objet d'une culture vivrière ancienne et importante dans les pays tropicaux et subtropicaux où (en Inde et en Afrique notamment), dans le contexte du réchauffement climatique et de la sous-alimentation, elle connait aujourd'hui un regain d'intérêt comme ressource alimentaire précieuse en raison de ses qualités gustatives et alimentaires, de sa facilité de culture dans divers types de sol, et de son potentiel agricole en zone de stress cultural (stress hydrique et salin), altitude (on trouve des souches sauvages jusqu'à 4 700 m), canicules et froid).



Les feuilles sont très riches en protéines, en vitamine A (11600 UI/100g) et en vitamine C, ainsi qu'en calcium. Manger le feuillage cru est déconseillé, d'une part en raison de sa texture farineuse et surtout en raison de sa teneur en saponines, des molécules qui sont généralement un facteur antinutritionnel (le Chénopode blanc contient 3 saponines dont l'une est un seco-glycoside analogue à des composés antérieurement connus chez des Caryophyllales (qui sont également souvent des plantes rudérales nitrophiles), nitrates et acide oxalique, même après un lavage à grande eau. Selon la provenance de la plante, son taux d'acide oxalique varie de 360 à 2 000 mg/100 g, d'après Guil et al. (1996).

-la cuisson ne détruit que peu les saponines (mais la fermentation lactique les détruit en activant les phytases endogènes de la plante) ;

-le trempage des graines active également ces phytases endogènes ;

-la cuisson ne détruit pas les oxalates. On recommandait donc par précaution aux malades rénaux, hépatiques, arthritiques ou lithiasiques d'éviter le Chénopode. Cependant des usages médicinaux traditionnels anciens retrouvés dans divers pays (en Asie principalement), ainsi que des études récentes (2016, 2017?), en laboratoire et sur le modèle animal, ont montré qu'au contraire et paradoxalement cette plante est un remède et peut avoir une utilisation préventive contre la lithiase urinaire (calculs rénaux ou urinaires).



La graine, qui peut se conserver sèche, est aussi comestible, cuite en gruau (à la manière de céréales ou avec des céréales, on classe d'ailleurs cette espèce parmi les pseudo-céréales), ou moulue en farine. C?est une des deux espèces de Chénopode cultivé (en Asie surtout) pour ses graines, l'autre étant le quinoa, mais elle est aussi cultivée, ainsi que d'autres espèces proches, comme légume.



Selon Amrita Poonia (2021), en raison de sa teneur en composés bioactifs et de ses activités pharmacologiques, Chenopodium album semble pouvoir devenir un aliment (légume) nutraceutique.




Précautions

(1*)ATTENTION : présence de saponines et d'acide oxalique, pouvant être toxiques à fortes doses : voir fiches toxines, pour plus d'infos. Faire également attention à l'usage des herbicides qui ont tendance à s'accumuler dans les grainesµ{{{(dp*)µ.

Note médicinale : **

Usages médicinaux : Dans le monde et en Asie notamment, le Chénopode blanc a des usages médicinaux anciens (dit « Bathua sag » en Hindi, c'est l'une des plantes précieuses de l'Ayurveda qui l'utilise couramment contre « les douleurs pectorales, la toux, les douleurs abdominales, l'obstruction pulmonaire et les affections nerveuses », mais il est encore « abondamment utilisé comme aliment et en phytothérapie dans le monde ». On considère que son intérêt médicinal est principalement lié aux composés présents dans ses feuilles et dans ses graines (notamment riches en acides gras et en antioxydants). Par exemple, ses feuilles (cuites en général) traitent les troubles digestifs, les ulcères gastroduodénaux et certaines maladies du foie.

Plus précisément, on considère (en 2020) que ce chénopode a des effets :

-antiscorbutique (car riche en vitamine C) ;
-antimicrobiens (antibactérien notamment) ;
-antihelminthiques (par exemple contre les vers ronds et les ankylostomes) ;
-antioxydants, dont la graine ; l'activité antioxydante est notamment liée à la teneur de la plante en polyphénols (molécules à fort potentiel redox qui en fait des antioxydants naturels. Ces teneurs varient selon les parties de la plante, mais semble relativement comparable entre espèces de Chénopodes quand on les dose dans la même partie de la plante. Les tiges et feuilles contiennent des quantités élevées de polyphénols libres (ex. : 3,36 mg/g DW mesurés en Pologne) qui selon Nowak et al. (2016) pourraient intéresser l'industrie pharmaceutique et des compléments alimentaires. Parmi les 4 Chénopodes les plus communs en Europe de l'Ouest, les extraits des parties aériennes de C. rubrum et C. urbicum avaient cependant un effet antioxydant encore meilleur que chez Chenopodium album.
-antidiarrhéiques ;
-hépato-protecteurs ;
-cicatrisants (efficacitée confirmée et expliquée en laboratoire sur des brûlures, sur le modèle animal).

Des études pharmacologiques récentes (pharmacochimie et phytopharmacologie...) ont mis en évidence de nouvelles propriétés médicinales et de possibles nouveaux usages médicaux ou vétérinaires potentiels :

-anti-inflamatoire ; en 2010, une hydrodistillation de feuilles (hydrodistillées) de Chenopodium album récoltées au Niger a donné 0,64 % v/w d'huile essentielle. 60,1 % de son contenu était des composés aromatiques, dont le p-cymène (40,9 %), l'ascaridole (15,5 %), le pinane-2-ol (9,9 %), le ?-pinène (7,0 %), le ?-pinène (6,2 %) et le ?-terpinéol (6,2 %). L'huile testée chez la souris contre un ?dème de l'oreille induit par le 12-O-tétradécanoylphorbol-13-acétate (TPA) s'est montrée fortement anti-inflammatoire. Cette activité a été confirmée in vitro par une autre étude.
-activité contraceptive ? : Kumar et al. en 2007 ont montré qu'un extrait de graines de Chenopodium album pourrait fournir « un puissant agent d'immobilisation du sperme » (démontré à la fois in vitro et in vivo) ;
« amélioration » de la fonction sexuelle masculine (observée chez la souris mâles normale) ;
-myorelaxant, antispasmolytique et analgésique (chez l'animal de laboratoire (lapin). L'effet d'extrait brut (et de ses fractions) a notamment été testé (2020) in vitro (sur muscle lisse intestinal de lapin). Un effet myorelaxant dose-dépendant apparait à 5 mg/ml, atteignant un maximum à 20 mg/ml. Les extraits par l'acétate d'éthyle et le chloroforme sont myorelaxant ; par le n-butanol ils ont un fort effet relaxant, alors que la fraction aqueuse a une effet contractile. L'extrait par le n-butanol est analgésique chez la souris à 500 mg/kg, effectif durant 30 à 210 minutes.
-antipruritique ;
-anti-prolifératif (anticancéreux) ? des extraits de feuilles et de graines de Chenopodium album et de 3 autres chénopodes (Chenopodium hybridum, Chenopodium rubrum et Chenopodium urbicum) ont été testés contre le carcinome pulmonaire humain A-549 et le carcinome ovarien TOV-112D ainsi que contre des lignées cellulaires de fibroblastes humains normaux. Bien que faiblement cytologique, les extraits de feuilles et de graines de Chenopodium album et C. hybridum ont montré un effet antiprolifératif significatif sur la lignée cellulaire TOV-11241.

Les racines ne semblent pas avoir eu d'usage alimentaires ou médicinaux traditionnels importants, et n'ont dont pas fait l'objet de beaucoup de recherches. On y a découvert (en 1993) un nouvel amide phénolique (N-trans-féruloyl-4-O-méthyldopamine), qui a montré une activité d'attraction pour les zoospores d'Aphanomyces cochlioides (champignon connu pour infecter certains Chénopodes)µ{{{wikiµ.


Copaifera coriacea,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Note : **

Détails : La résine a été officiellement approuvée aux États-Unis comme additif alimentaire et est utilisée en petites quantités comme agent aromatisant dans les aliments et les boissons.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Copaiba-balsam, une oléo-résine huileuse obtenue à partir du tronc de l'arbre, a une très longue histoire d'utilisation médicinale. Il était largement utilisé par les peuples indigènes avant que les Européens n'atteignent l'Amérique du Sud et ces utilisations furent bientôt reprises par les Européens [317]. La résine est particulièrement appréciée pour sa capacité à contrer les muqueuses du thorax et du système génito-urinaire [254]. La résine est une herbe aromatique et stimulante au goût amer et brûlant [238]. Elle et l'écorce sont toutes deux anodynes, antiacides, antibactériennes, antifongiques, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, astringentes, cytostatiques, adoucissantes, digestives, désinfectantes, diurétiques, expectorantes, légèrement laxatives, vermifuges et vulnérables [318]. La résine obtenue à partir du tronc contient un certain nombre de constituants médicalement actifs, dont 30 à 90% d'huiles essentielles et des tanins condensés inhabituels [238]. L'huile essentielle contient de l'alpha et du bêta-caryophyllène, des sesquiterpènes, des résines et des acides terpéniques [254]. Il améliore la digestion, a des effets diurétiques et expectorants et contrôle les infections bactériennes [238]. Une grande partie de la recherche clinique effectuée à ce jour a vérifié les utilisations traditionnelles du copaïba. Il s'est par exemple avéré très efficace en tant que cicatrisant topique et agent anti-inflammatoire [318]. L'effet anti-inflammatoire est principalement dû aux sesquiterpènes, en particulier le caryophyllène qui a également démontré des propriétés analgésiques efficaces, des propriétés antifongiques contre la mycose des ongles et des propriétés gastroprotectrices [318]. La résine dans son ensemble (et, en particulier, deux de ses diterpènes - l'acide copalique et l'acide kaurénique) a démontré une activité antimicrobienne significative contre les bactéries à Gram positif. Un des autres produits chimiques du copaïba, l'acide kaurénoïque, a également démontré une activité antibactérienne sélective contre les bactéries Gram-positives dans d'autres études récentes [318. D'autres constituants de la résine ont démontré une activité antitumorale significative [318]. La résine est prise en interne dans le traitement de divers problèmes respiratoires tels que la tuberculose, la bronchite et la sinusite; affections des voies urinaires et du système reproducteur telles que la cystite, les infections des reins et de la vessie, les écoulements vaginaux et la gonorrhée [238, 254]. Les ulcères d'estomac, le tétanos, l'herpès, la pleurésie et les hémorragies ne sont que quelques-unes des autres affections traitées avec la résine [318]. À l'extérieur, il est utilisé dans le traitement de divers problèmes de peau, notamment les piqûres d'insectes, l'eczéma, les engelures, les plaies et le psoriasis [238, 254. Il est également utilisé pour traiter les plaies et arrêter les saignements [318]. En tant que gargarisme antiseptique, il est utilisé pour traiter les maux de gorge et l'amygdalite [318]. La résine doit être utilisée avec précaution, voir les notes ci-dessus sur la toxicité [238]. La résine est taraudée à intervalles de l'arbre et les trous sont ensuite comblés [238]. Il est utilisé en infusion ou distillé pour son huile essentielle [238].

Copaifera guyanensis,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Note : **

Détails : La résine a été officiellement approuvée aux États-Unis comme additif alimentaire et est utilisée en petites quantités comme agent aromatisant dans les aliments et les boissons.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Copaiba-balsam, une oléo-résine huileuse obtenue à partir du tronc de l'arbre, a une très longue histoire d'utilisation médicinale. Il était largement utilisé par les peuples indigènes avant que les Européens n'atteignent l'Amérique du Sud et ces utilisations furent bientôt reprises par les Européens [317]. La résine est particulièrement appréciée pour sa capacité à contrer les muqueuses du thorax et du système génito-urinaire [254]. La résine est une herbe aromatique et stimulante au goût amer et brûlant [238]. Elle et l'écorce sont toutes deux anodynes, antiacides, antibactériennes, antifongiques, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, astringentes, cytostatiques, adoucissantes, digestives, désinfectantes, diurétiques, expectorantes, légèrement laxatives, vermifuges et vulnérables [318]. La résine obtenue à partir du tronc contient un certain nombre de constituants médicalement actifs, dont 30 à 90% d'huiles essentielles et des tanins condensés inhabituels [238]. L'huile essentielle contient de l'alpha et du bêta-caryophyllène, des sesquiterpènes, des résines et des acides terpéniques [254]. Il améliore la digestion, a des effets diurétiques et expectorants et contrôle les infections bactériennes [238]. Une grande partie de la recherche clinique effectuée à ce jour a vérifié les utilisations traditionnelles du copaïba. Il s'est par exemple avéré très efficace en tant que cicatrisant topique et agent anti-inflammatoire [318]. L'effet anti-inflammatoire est principalement dû aux sesquiterpènes, en particulier le caryophyllène qui a également démontré des propriétés analgésiques efficaces, des propriétés antifongiques contre la mycose des ongles et des propriétés gastroprotectrices [318]. La résine dans son ensemble (et, en particulier, deux de ses diterpènes - l'acide copalique et l'acide kaurénique) a démontré une activité antimicrobienne significative contre les bactéries à Gram positif. Un des autres produits chimiques du copaïba, l'acide kaurénoïque, a également démontré une activité antibactérienne sélective contre les bactéries Gram-positives dans d'autres études récentes [318. D'autres constituants de la résine ont démontré une activité antitumorale significative [318]. La résine est prise en interne dans le traitement de divers problèmes respiratoires tels que la tuberculose, la bronchite et la sinusite; affections des voies urinaires et du système reproducteur telles que la cystite, les infections des reins et de la vessie, les écoulements vaginaux et la gonorrhée [238, 254]. Les ulcères d'estomac, le tétanos, l'herpès, la pleurésie et les hémorragies ne sont que quelques-unes des autres affections traitées avec la résine [318]. À l'extérieur, il est utilisé dans le traitement de divers problèmes de peau, notamment les piqûres d'insectes, l'eczéma, les engelures, les plaies et le psoriasis [238, 254. Il est également utilisé pour traiter les plaies et arrêter les saignements [318]. En tant que gargarisme antiseptique, il est utilisé pour traiter les maux de gorge et l'amygdalite [318]. La résine doit être utilisée avec précaution, voir les notes ci-dessus sur la toxicité [238]. La résine est taraudée à intervalles de l'arbre et les trous sont ensuite comblés [238]. Il est utilisé en infusion ou distillé pour son huile essentielle [238].

Copaifera langsdorffii,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Note : **

Détails : La résine a été officiellement approuvée aux États-Unis comme additif alimentaire et est utilisée en petites quantités comme agent aromatisant dans les aliments et les boissons.


Précautions

ATTENTION : utilisée en excès, la résine est purgative et peut provoquer des éruptions cutanées et des lésions rénales ; elle crée une action irritante sur toute la membrane muqueuse, provoque une éruption ressemblant à la rougeole accompagnée d'irritations et de picotementsµ{{{5(+)µ.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Copaiba-balsam, une oléo-résine huileuse obtenue à partir du tronc de l'arbre, a une très longue histoire d'utilisation médicinale. Il était largement utilisé par les peuples indigènes avant que les Européens n'atteignent l'Amérique du Sud et ces utilisations furent bientôt reprises par les Européens [317]. La résine est particulièrement appréciée pour sa capacité à contrer les muqueuses du thorax et du système génito-urinaire [254]. La résine est une herbe aromatique et stimulante au goût amer et brûlant [238]. Elle et l'écorce sont toutes deux anodynes, antiacides, antibactériennes, antifongiques, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, astringentes, cytostatiques, adoucissantes, digestives, désinfectantes, diurétiques, expectorantes, légèrement laxatives, vermifuges et vulnérables [318]. La résine obtenue à partir du tronc contient un certain nombre de constituants médicalement actifs, dont 30 à 90% d'huiles essentielles et des tanins condensés inhabituels [238]. L'huile essentielle contient de l'alpha et du bêta-caryophyllène, des sesquiterpènes, des résines et des acides terpéniques [254]. Il améliore la digestion, a des effets diurétiques et expectorants et contrôle les infections bactériennes [238]. Une grande partie de la recherche clinique effectuée à ce jour a vérifié les utilisations traditionnelles du copaïba. Il s'est par exemple avéré très efficace en tant que cicatrisant topique et agent anti-inflammatoire [318]. L'effet anti-inflammatoire est principalement dû aux sesquiterpènes, en particulier le caryophyllène qui a également démontré des propriétés analgésiques efficaces, des propriétés antifongiques contre la mycose des ongles et des propriétés gastroprotectrices [318]. La résine dans son ensemble (et, en particulier, deux de ses diterpènes - l'acide copalique et l'acide kaurénique) a démontré une activité antimicrobienne significative contre les bactéries à Gram positif. Un des autres produits chimiques du copaïba, l'acide kaurénoïque, a également démontré une activité antibactérienne sélective contre les bactéries Gram-positives dans d'autres études récentes [318. D'autres constituants de la résine ont démontré une activité antitumorale significative [318]. La résine est prise en interne dans le traitement de divers problèmes respiratoires tels que la tuberculose, la bronchite et la sinusite; affections des voies urinaires et du système reproducteur telles que la cystite, les infections des reins et de la vessie, les écoulements vaginaux et la gonorrhée [238, 254]. Les ulcères d'estomac, le tétanos, l'herpès, la pleurésie et les hémorragies ne sont que quelques-unes des autres affections traitées avec la résine [318]. À l'extérieur, il est utilisé dans le traitement de divers problèmes de peau, notamment les piqûres d'insectes, l'eczéma, les engelures, les plaies et le psoriasis [238, 254. Il est également utilisé pour traiter les plaies et arrêter les saignements [318]. En tant que gargarisme antiseptique, il est utilisé pour traiter les maux de gorge et l'amygdalite [318]. La résine doit être utilisée avec précaution, voir les notes ci-dessus sur la toxicité [238]. La résine est taraudée à intervalles de l'arbre et les trous sont ensuite comblés [238]. Il est utilisé en infusion ou distillé pour son huile essentielle [238].

Copaifera multijuga,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Note : *

Détails : La résine a été officiellement approuvée aux États-Unis comme additif alimentaire et est utilisée en petites quantités comme agent aromatisant dans les aliments et les boissons.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Copaiba-balsam, une oléo-résine huileuse obtenue à partir du tronc de l'arbre, a une très longue histoire d'utilisation médicinale. Il était largement utilisé par les peuples indigènes avant que les Européens n'atteignent l'Amérique du Sud et ces utilisations furent bientôt reprises par les Européens [317]. La résine est particulièrement appréciée pour sa capacité à contrer les muqueuses du thorax et du système génito-urinaire [254]. La résine est une herbe aromatique et stimulante au goût amer et brûlant [238]. Elle et l'écorce sont toutes deux anodynes, antiacides, antibactériennes, antifongiques, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, astringentes, cytostatiques, adoucissantes, digestives, désinfectantes, diurétiques, expectorantes, légèrement laxatives, vermifuges et vulnérables [318]. La résine obtenue à partir du tronc contient un certain nombre de constituants médicalement actifs, dont 30 à 90% d'huiles essentielles et des tanins condensés inhabituels [238]. L'huile essentielle contient de l'alpha et du bêta-caryophyllène, des sesquiterpènes, des résines et des acides terpéniques [254]. Il améliore la digestion, a des effets diurétiques et expectorants et contrôle les infections bactériennes [238]. Une grande partie de la recherche clinique effectuée à ce jour a vérifié les utilisations traditionnelles du copaïba. Il s'est par exemple avéré très efficace en tant que cicatrisant topique et agent anti-inflammatoire [318]. L'effet anti-inflammatoire est principalement dû aux sesquiterpènes, en particulier le caryophyllène qui a également démontré des propriétés analgésiques efficaces, des propriétés antifongiques contre la mycose des ongles et des propriétés gastroprotectrices [318]. La résine dans son ensemble (et, en particulier, deux de ses diterpènes - l'acide copalique et l'acide kaurénique) a démontré une activité antimicrobienne significative contre les bactéries à Gram positif. Un des autres produits chimiques du copaïba, l'acide kaurénoïque, a également démontré une activité antibactérienne sélective contre les bactéries Gram-positives dans d'autres études récentes [318. D'autres constituants de la résine ont démontré une activité antitumorale significative [318]. La résine est prise en interne dans le traitement de divers problèmes respiratoires tels que la tuberculose, la bronchite et la sinusite; affections des voies urinaires et du système reproducteur telles que la cystite, les infections des reins et de la vessie, les écoulements vaginaux et la gonorrhée [238, 254]. Les ulcères d'estomac, le tétanos, l'herpès, la pleurésie et les hémorragies ne sont que quelques-unes des autres affections traitées avec la résine [318]. À l'extérieur, il est utilisé dans le traitement de divers problèmes de peau, notamment les piqûres d'insectes, l'eczéma, les engelures, les plaies et le psoriasis [238, 254. Il est également utilisé pour traiter les plaies et arrêter les saignements [318]. En tant que gargarisme antiseptique, il est utilisé pour traiter les maux de gorge et l'amygdalite [318]. La résine doit être utilisée avec précaution, voir les notes ci-dessus sur la toxicité [238]. La résine est taraudée à intervalles de l'arbre et les trous sont ensuite comblés [238]. Il est utilisé en infusion ou distillé pour son huile essentielle [238].

Copaifera officinalis,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Note : **

Détails : Comme les autres espèces du genre Copaifera, c'est une source d'une oléo-résine huileuse appelée copaiba-balsam ; la résine est utilisée comme additif alimentaire et comme agents aromatisants dans les aliments et les boissons.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Copaiba-balsam, une oléo-résine huileuse obtenue à partir du tronc de l'arbre, a une très longue histoire d'utilisation médicinale. Il était largement utilisé par les peuples indigènes avant que les Européens n'atteignent l'Amérique du Sud et ces utilisations furent bientôt reprises par les Européens [317]. La résine est particulièrement appréciée pour sa capacité à contrer les muqueuses du thorax et du système génito-urinaire [254]. La résine est une herbe aromatique et stimulante au goût amer et brûlant [238]. Elle et l'écorce sont toutes deux anodynes, antiacides, antibactériennes, antifongiques, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, astringentes, cytostatiques, adoucissantes, digestives, désinfectantes, diurétiques, expectorantes, légèrement laxatives, vermifuges et vulnérables [318]. La résine obtenue à partir du tronc contient un certain nombre de constituants médicalement actifs, dont 30 à 90% d'huiles essentielles et des tanins condensés inhabituels [238]. L'huile essentielle contient de l'alpha et du bêta-caryophyllène, des sesquiterpènes, des résines et des acides terpéniques [254]. Il améliore la digestion, a des effets diurétiques et expectorants et contrôle les infections bactériennes [238]. Une grande partie de la recherche clinique effectuée à ce jour a vérifié les utilisations traditionnelles du copaïba. Il s'est par exemple avéré très efficace en tant que cicatrisant topique et agent anti-inflammatoire [318]. L'effet anti-inflammatoire est principalement dû aux sesquiterpènes, en particulier le caryophyllène qui a également démontré des propriétés analgésiques efficaces, des propriétés antifongiques contre la mycose des ongles et des propriétés gastroprotectrices [318]. La résine dans son ensemble (et, en particulier, deux de ses diterpènes - l'acide copalique et l'acide kaurénique) a démontré une activité antimicrobienne significative contre les bactéries à Gram positif. Un des autres produits chimiques du copaïba, l'acide kaurénoïque, a également démontré une activité antibactérienne sélective contre les bactéries Gram-positives dans d'autres études récentes [318. D'autres constituants de la résine ont démontré une activité antitumorale significative [318]. La résine est prise en interne dans le traitement de divers problèmes respiratoires tels que la tuberculose, la bronchite et la sinusite; affections des voies urinaires et du système reproducteur telles que la cystite, les infections des reins et de la vessie, les écoulements vaginaux et la gonorrhée [238, 254]. Les ulcères d'estomac, le tétanos, l'herpès, la pleurésie et les hémorragies ne sont que quelques-unes des autres affections traitées avec la résine [318]. À l'extérieur, il est utilisé dans le traitement de divers problèmes de peau, notamment les piqûres d'insectes, l'eczéma, les engelures, les plaies et le psoriasis [238, 254. Il est également utilisé pour traiter les plaies et arrêter les saignements [318]. En tant que gargarisme antiseptique, il est utilisé pour traiter les maux de gorge et l'amygdalite [318]. La résine doit être utilisée avec précaution, voir les notes ci-dessus sur la toxicité [238]. La résine est taraudée à intervalles de l'arbre et les trous sont ensuite comblés [238]. Il est utilisé en infusion ou distillé pour son huile essentielle [238].

Copaifera reticulata,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Détails : Comme les autres espèces du genre Copaifera, c'est une source d'une oléo-résine huileuse appelée copaiba-balsam ; la résine est utilisée comme additif alimentaire et comme agents aromatisants dans les aliments et les boissons.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Copaiba-balsam, une oléo-résine huileuse obtenue à partir du tronc de l'arbre, a une très longue histoire d'utilisation médicinale. Il était largement utilisé par les peuples indigènes avant que les Européens n'atteignent l'Amérique du Sud et ces utilisations furent bientôt reprises par les Européens [317]. La résine est particulièrement appréciée pour sa capacité à contrer les muqueuses du thorax et du système génito-urinaire [254]. La résine est une herbe aromatique et stimulante au goût amer et brûlant [238]. Elle et l'écorce sont toutes deux anodynes, antiacides, antibactériennes, antifongiques, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, astringentes, cytostatiques, adoucissantes, digestives, désinfectantes, diurétiques, expectorantes, légèrement laxatives, vermifuges et vulnérables [318]. La résine obtenue à partir du tronc contient un certain nombre de constituants médicalement actifs, dont 30 à 90% d'huiles essentielles et des tanins condensés inhabituels [238]. L'huile essentielle contient de l'alpha et du bêta-caryophyllène, des sesquiterpènes, des résines et des acides terpéniques [254]. Il améliore la digestion, a des effets diurétiques et expectorants et contrôle les infections bactériennes [238]. Une grande partie de la recherche clinique effectuée à ce jour a vérifié les utilisations traditionnelles du copaïba. Il s'est par exemple avéré très efficace en tant que cicatrisant topique et agent anti-inflammatoire [318]. L'effet anti-inflammatoire est principalement dû aux sesquiterpènes, en particulier le caryophyllène qui a également démontré des propriétés analgésiques efficaces, des propriétés antifongiques contre la mycose des ongles et des propriétés gastroprotectrices [318]. La résine dans son ensemble (et, en particulier, deux de ses diterpènes - l'acide copalique et l'acide kaurénique) a démontré une activité antimicrobienne significative contre les bactéries à Gram positif. Un des autres produits chimiques du copaïba, l'acide kaurénoïque, a également démontré une activité antibactérienne sélective contre les bactéries Gram-positives dans d'autres études récentes [318. D'autres constituants de la résine ont démontré une activité antitumorale significative [318]. La résine est prise en interne dans le traitement de divers problèmes respiratoires tels que la tuberculose, la bronchite et la sinusite; affections des voies urinaires et du système reproducteur telles que la cystite, les infections des reins et de la vessie, les écoulements vaginaux et la gonorrhée [238, 254]. Les ulcères d'estomac, le tétanos, l'herpès, la pleurésie et les hémorragies ne sont que quelques-unes des autres affections traitées avec la résine [318]. À l'extérieur, il est utilisé dans le traitement de divers problèmes de peau, notamment les piqûres d'insectes, l'eczéma, les engelures, les plaies et le psoriasis [238, 254. Il est également utilisé pour traiter les plaies et arrêter les saignements [318]. En tant que gargarisme antiseptique, il est utilisé pour traiter les maux de gorge et l'amygdalite [318]. La résine doit être utilisée avec précaution, voir les notes ci-dessus sur la toxicité [238]. La résine est taraudée à intervalles de l'arbre et les trous sont ensuite comblés [238]. Il est utilisé en infusion ou distillé pour son huile essentielle [238].

D

Dryopteris crassirhizoma,
img



legume-feuille (laitue)

Note : *

Parties comestibles : feuilles, frondes (traduction automatique) | Original :

Détails : (traduction automatique).
Original :


Précautions

ATTENTION : bien que nous n'ayons trouvé aucun rapport pour cette espèce, un certain nombre de fougères contiennent des carcinogènes, donc une certaine prudence est recommandéeµ{{{5(K)µ ; la plante fraîche contient de la thiaminase, une enzyme qui prive le corps de son complexe de vitamines B ; en petites quantités, cette enzyme ne nuira pas aux personnes ayant une alimentation adéquate et riche en vitamine B, bien que de grandes quantités puissent causer de graves problèmes de santé. ; l'enzyme est détruite par la chaleur ou par un séchage complet, donc la cuisson de la plante éliminera la thiaminaseµ{{{5(+)µ ; cependant, il y a eu des rapports pour d'autres espèces de fougères suggérant que même les frondes cuites peuvent avoir un effet nocif à long terme. Une certaine prudence est donc conseilléeµ{{{5(K)µ.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Les tiges des racines sont analgésiques, antibactériennes, anti-inflammatoires, antivirales, astringentes, fébrifugeuses, hémostatiques, vermifuges et vulnérables [238, 279]. Une décoction de racine séchée est dépurative et résolvante [218]. La racine contient de la «filicine», une substance qui paralyse les ténias et autres parasites internes et qui a été utilisée comme expulseur de vers pour les humains et aussi en médecine vétérinaire [218, 238]. C'est l'un des traitements les plus efficaces connus pour les ténias - son utilisation doit être immédiatement suivie d'un purgatif non huileux tel que le sulfate de magnésium afin d'expulser les vers du corps [238]. Une purge huileuse, telle que l'huile de ricin, augmente l'absorption de la racine de fougère et peut être dangereuse [238]. La racine est également prise en interne dans le traitement des hémorragies internes, des saignements utérins, des oreillons et des maladies fébriles [238]. La racine est récoltée à l'automne et peut être séchée pour une utilisation ultérieure, elle ne doit pas être conservée plus de 12 mois [238]. Ce remède doit être utilisé avec prudence et uniquement sous la supervision d'un praticien qualifié [238]. La racine est toxique et le dosage est critique [238]. Voir également les notes ci-dessus sur la toxicité. À l'extérieur, la racine est utilisée dans le traitement des abcès, des furoncles, des anthrax et des plaies [238].

H

Hyoscyamus albus,
img



legume-fleur

Parties comestibles : fleurs, attention (traduction automatique) | Original :

Détails : (traduction automatique).
Original :


Précautions

ATTENTION : toutes les parties de la plante sont très toxiques ; les symptômes d'intoxication comprennent une vision altérée, des convulsions, le coma et la mort par insuffisance cardiaque ou respiratoireµ{{{5(+)µ.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Henbane a une très longue histoire d'utilisation comme herbe médicinale et a été largement cultivée pour répondre à la demande de son utilisation [4]. Il est largement utilisé comme sédatif et analgésique et est spécifiquement utilisé pour la douleur affectant les voies urinaires, en particulier lorsqu'elle est due à des calculs rénaux [254]. Son effet sédatif et antispasmodique en fait un traitement précieux pour les symptômes de la maladie de Parkinson, soulageant les tremblements et la rigidité pendant les premiers stades de la maladie [254]. Cette espèce est généralement considérée comme la meilleure pour un usage interne, tandis que la jusquiame noire (H. niger) est la forme la plus utilisée en externe [4]. Toutes les parties de la plante, mais en particulier les feuilles et les graines, peuvent être utilisées - elles sont anodynes, antispasmodiques, légèrement diurétiques, hallucinogènes, hypnotiques, mydriatiques, narcotiques et sédatifs [4, 9, 13, 21, 100, 165, 192 , 218]. La plante est utilisée en interne dans le traitement de l'asthme, de la coqueluche, du mal des transports, du syndrome de Ménière, des tremblements de sénilité ou de paralysie et comme médicament préopératoire [238]. Henbane réduit les sécrétions muqueuses, ainsi que la salive et autres sucs digestifs [254]. À l'extérieur, il est utilisé comme huile pour soulager les affections douloureuses telles que les névralgies, les douleurs dentaires et rhumatismales [238, 254]. Les feuilles doivent être récoltées lorsque la plante est en pleine floraison et peuvent ensuite être séchées pour une utilisation ultérieure [4] . C'est une plante très toxique qui doit être utilisée avec une grande prudence, et uniquement sous la supervision d'un praticien qualifié [21, 238]. Voir les notes ci-dessus sur la toxicité. La graine est utilisée dans le traitement de l'asthme, de la toux, de l'épilepsie, de la myalgie et des maux de dents [218]. tremblements de sénilité ou de paralysie et comme médicament préopératoire [238]. Henbane réduit les sécrétions muqueuses, ainsi que la salive et autres sucs digestifs [254]. À l'extérieur, il est utilisé comme huile pour soulager les affections douloureuses telles que les névralgies, les douleurs dentaires et rhumatismales [238, 254]. Les feuilles doivent être récoltées lorsque la plante est en pleine floraison et peuvent ensuite être séchées pour une utilisation ultérieure [4] . C'est une plante très toxique qui doit être utilisée avec une grande prudence, et uniquement sous la supervision d'un praticien qualifié [21, 238]. Voir les notes ci-dessus sur la toxicité. La graine est utilisée dans le traitement de l'asthme, de la toux, de l'épilepsie, de la myalgie et des maux de dents [218]. tremblements de sénilité ou de paralysie et comme médicament préopératoire [238]. Henbane réduit les sécrétions muqueuses, ainsi que la salive et autres sucs digestifs [254]. À l'extérieur, il est utilisé comme huile pour soulager les affections douloureuses telles que les névralgies, les douleurs dentaires et rhumatismales [238, 254]. Les feuilles doivent être récoltées lorsque la plante est en pleine floraison et peuvent ensuite être séchées pour une utilisation ultérieure [4] . C'est une plante très toxique qui doit être utilisée avec une grande prudence, et uniquement sous la supervision d'un praticien qualifié [21, 238]. Voir les notes ci-dessus sur la toxicité. La graine est utilisée dans le traitement de l'asthme, de la toux, de l'épilepsie, de la myalgie et des maux de dents [218]

M

Mangifera indica, Manguier

img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : 0°C et jusqu'à -2,5 à -3,5°C d'après plantogram (et probablement selon les variétés)

legume-fruit (tomate)legume-feuille (laitue)

Détails : Fruit (fruits mûrs {crus ou cuits} [nourriture/aliment et base boissons/breuvages et/ou assaisonnement] ; fruits immatures [nourriture/aliment et/ou assaisonnement] ; et graines {noyaux} cuites {bouillies ou rôties/grillées} [nourriture/aliment de famine {pseudo-céréale secondaire : farine}]) et feuille (jeunes feuilles {crues ou cuites} [nourriture/aliment]) comestibles.(1*)



Partie(s) comestible(s) : fruit, graines, noix, feuilles, légumes.

Utilisation(s)/usage(s) comestible(s) :

-les fruits mûrs sont consommés crus ou en préparations très diverses ;

-fruits immatures picklés ; l'Amchur, fait à partir du fruit vert séché, est utilisé dans les currys, les marinades et chutneys {noyaux} comestibles cuites (bouillies ou rôties/grillées) et/ou trempées (dans de l'eau ? (qp*)) pour enlever l'amertume ; elles sont transformées en farine par broyage en poudre et utilisées en Inde comme aliment de famine

-les jeunes feuilles peuvent être consommées crues ou cuites (ex. : comme potherbe).(1*)


Précautions

(1*)ATTENTIONµ0(+x)µ : la sève de l'arbre ou des fruits peut provoquer des problèmes cutanés chez certaines personnesµ{{{0(+x)µ.

Note médicinale : ***

Usages médicinaux : Ces feuilles ont des teneurs non négligeables en antioxydants, en flavonoïdes, en phénols, en vitamines C, B et A et oligoéléments. Elles ont de puissantes propriétés utiles comme le taraxérol-3 bêta pour garder les organes en bonne santé. Jean-Louis Pousset, un chercheur qui a écrit sur les plantes médicinales en Afrique, avait entre autres publié dans ses mémoires les actions antidiarrhéiques de l?extrait de feuilles du manguier. Ces feuilles regorgent donc de propriétés curatives pour aider à soulager les sujets de troubles divers. Udoamaka F. et al. (2013) ont quant à eux placé sous les projecteurs de multiples communautés scientifiques leurs propriétés analgésiques, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, anti-helminthiques et relaxantes (contre l?insomnie).

Les feuilles du manguier sont de véritables détoxifiants naturels. Il est recommandé de boire des infusions de feuilles du manguier séchées 1e à 2 fois par jour pour soulager certains maux. La tisane de feuilles du manguier aide à se protéger des radicaux libres ou des toxines qui peuvent contribuer à la propagation des pathologies. En buvant des infusions de tisane de mangue il est possible de mieux contrôler sa gestion du sucre la glycémie grâce au taraxérol-3 bêta. L?infusion de tisanes de mangue peut aider à réduire les crises d?hypertension et renforcer les vaisseaux sanguins s?ils étaient affaiblis.

La tisane contribue à la réduction de l?anxiété également ou la nervosité. Les feuilles du mangifera indica sont exploitées aussi en cosmétique pour réduire l?apparence des varices et contre la gale. Par ailleurs, pour maintenir un poids idéal ou pour en perdre, les tradithérapeutes recommandent la tisane des feuilles du manguier en supplément bien sûr à un bon régime alimentaire et le sport. Toutefois, ce n?est pas tout ! Les feuilles du manguier sont utilisées aussi au Ghana, en Ouganda, en Côte d?Ivoire, au Burkina Faso comme au Nigéria pour aider au traitement du paludisme (John R.S. Tabuti, 2007 ; J. Kayode et al., 2008 ; A. Asase et G. Oppong-Mensah, 2009). Rappelons que le paludisme ou d?autres pathologies sont à l?origine de 60% environ de fausses couches au premier trimestre des grossesses. On compte aussi parmi leurs bienfaits, des solutions contre l?anémie et certaines MSTµ{{{La nouvelle tribune.


Matricaria chamomilla, Camomille sauvage

img



legume-fleurlegume-feuille (laitue)

Note : *

Détails : Fleur (dont boutons, fraîches ou séchées) et feuille comestibles (aromatisantes1 et/ou décoratives1 (dont boissons, desserts et plats)1).(1*)



Partie(s) comestible(s) : feuilles - thé, fleurs - thé, aromatisant.

Utilisation(s)/usage(s) comestible(s) :

-feuilles et fleurs utilisées, localement, comme aromate et pour le thé ; les jeunes fleurs sont séchées et transformées en tisane ;

-une huile essentielle est extraite et utilisée pour aromatiser la crème glacée, les bonbons etc....(1*)


Précautions

(1*)ATTENTION : des réactions allergiques (épaississement de la langue, serrement de la gorge, gonflement des lèvres, de la gorge et des yeux, démangeaisons sur le corps) ont été rapportées avec la camomille allemande, mais elles sont rares ; les patients atteints de graves réactions allergiques au séneçon de Jacob (Jacobaea vulgaris) doivent être informés de la possible sensibilité croisée à la camomille et d'autres membres de la famille des Astéracées / Composées (par exemple, l'échinacée, la grande camomille, le chardon-Marie)µ{{{5(+x)µ.

Note médicinale : *****

Mentha x piperita, Menthe poivrée

img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : -40°C

legume-fleurlegume-feuille (laitue)

Note : ****

Détails : Feuille (feuilles [assaisonnement {comme aromate}] ; feuilles séchées [base boissons/breuvages {tisanes}] ; et extrait feuilles : huile essentielle [assaisonnement {arôme}]) et fleur (fleurs [assaisonnement {comme aromate}]) comestible.) comestibles.(1*)



Partie(s) comestible(s) : feuilles, herbe/aromate, feuilles - thé.

Utilisation(s)/usage(s) comestible(s) : plante (feuilles et fleurs) utilisées comme aromate en l'état ou sous forme d'huile essentielle (obtenue par distillation) utilisée dans l'aromatisation ; elle est fortement aromatisée et est principalement utilisée comme un extrait pour l'aromatisation de bonbons et boissons ; les feuilles séchées peuvent être utilisées pour le thé.



En Grande-Bretagne, la menthe poivrée est utilisée dans la confection de quelques plats. La mint sauce s'obtient en hachant finement la menthe poivrée dans du vinaigre et du sucre. Mais quelques cuisiniers considèrent pourtant qu'elle donne une saveur trop forte aux plats et lui préfèrent la menthe verte (Mentha spicata).

L'huile essentielle de menthe poivrée est utilisée dans l'industrie alimentaire pour parfumer bonbons (polkagris), dentifrices, chewing-gums, confiseries et boissons alcoolisées. En Angleterre, elle est associée au chocolat dans les célèbres After eight. En Catalogne, on l'ajoute parfois aux soupes, aux salades et aux légumes. Ainsi quelques gouttes d'huile essentielle peuvent être rajoutées à un velouté de petits pois. Dans l'arrière-pays niçois, on l'emploie sous le nom de « basilic sauvage » dans les sauces avec l'huile d'olive et de l'ail.

La menthe poivrée est utilisée aussi dans la fabrication du schnaps en Alsace par macération (le peppermint schnapps). Elle sert aussi à préparer des cocktails.(1*)


Précautions

(1*)ATTENTION : cette espèce, lorsqu'elle est consommée sous forme concentrée (huile essentielle) ou en grandes quantités, peut provoquer des avortements donc une certaine prudence est de miseµ{{{(dp*)(5)µ.

L'huile essentielle de menthe et le menthol peuvent provoquer des troubles graves chez le jeune enfant lorsqu'ils sont appliqués sur les narines et le visage (risque de détresse respiratoire, de coma). La monographie élaborée par l'Agence européenne du médicament (EMEA) précise que son usage n'est recommandé ni avant huit ans, ni chez la femme enceinte ou allaitante. Son utilisation par voie cutanée est réservée à l'adulte ;

L'obstruction des voies biliaire et l'inflammation de la vésicule biliaire constituent des contre-indications ;
Le contact avec les muqueuses et les yeux peut provoquer des irritations ;
De rares cas d'allergie ont été signalés à la suite d'application cutanée. Ne pas utiliser dans le bain ou sur l'ensemble du corps ;
Certains auteurs préconisent de ne pas l'utiliser chez des sujets épileptiquesµ{{{wikiµ.

Note médicinale : *****

Usages médicinaux : Comme à toutes les menthes, la tradition attribue à la menthe poivrée des propriétés aromatiques (toniques, stomachiques) et des propriétés digestives (combattre les lourdeurs, les ballonnements, les gaz).

Les feuilles de la plante fraîches ou sèches sont utilisées en infusion (de 6 à 9 g/jour). L'huile essentielle extraite de la plante par hydrodistillation est utilisée en usage interne (0,6 à 1,8 ml/jour).

Au début du XIXe siècle, « elle est regardée comme apéritive, désobstruante, diurétique... On l'emploie aussi comme stomachique, résolutive, emménagogue, et surtout comme antispasmodique ».

La plante est utilisée en France, par voie orale (en infusion), dans :

le traitement symptomatique de troubles digestifs (ballonnement, lenteur à la digestion, etc.), y compris ceux qui sont attribués à une origine hépatique ;
le traitement adjuvant des douleurs liées aux troubles fonctionnels digestifs ;
pour faciliter les fonctions d'élimination urinaire et digestive.

En usage local, les médicaments à base de menthe sont utilisés (de fait ce sont généralement des produits à base d'huile essentielle) :

en cas de prurit, comme adoucissant et comme protecteur (ex. : crevasses, piqûres d'insectes) ;
en cas de nez bouché, de rhume ;
pour l'hygiène buccale, en bain de bouche
comme antalgique dans les affections buccales ou pharyngées (collutoire, pastilles).
comme analgésique pour lutter contre les maux de tête

La Commission Européenne précise qu'en Allemagne la menthe poivrée est utilisée en cas de spasmes de la région gastro-intestinale, de la vésicule et des voies biliaires. Autres utilisations possibles par voie externe de l'huile essentielle : soulager les maux de tête (EMEA), migraines et sinusites, les démangeaisons cutanées, les algies rhumatismales et musculaires (usage reconnu en Allemagne) (se renseigner auprès d'un aromathérapeute, médecin ou pharmacien par précaution car c'est une substance très active)µ{{{wikiµ.


Musanga cecropioides,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

legume-fruit (tomate)tronc

Note : ***

Détails : -les racines aériennes, ainsi que les branches plus jeunes, sont réputées pour leur capacité à produire une grande quantité de sève potable ; on dit que «un demi-seau» peut être obtenu à partir d'un seul arbre pendant la nuit ; la sève est incolore, inodo


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : L'écorce est complexe en couches : couche externe gris clair, puis verte, blanche, rose, blanche, le tout devenant brun à l'exposition. La partie externe dégage un jus rouge-brun [332]. Cet exsudat est mélangé à de la bouillie de maïs puis mangé en pensant qu'il s'agit d'un galactagogue. Les femmes qui en prennent depuis plusieurs jours subissent une augmentation du flux de lait, et même celles qui n'ont pas d'enfant à allaiter peuvent ressentir un flux de lait [332]. La sève de cette plante a été étudiée et on a découvert qu'elle contenait l'hormone féminine ?strogène et un galactagogue qui peut stimuler l'écoulement du lait [332]. L'utilisation de cette plante pour traiter la dysménorrhée s'explique peut-être par la présence de ces hormones [332]. On dit que la plante possède certaines propriétés analgésiques et est utilisée dans le traitement de l'asthénie et de la perte d'appétit [332]. Fumigation de l'écorce et des feuilles, mélangé avec les feuilles d'Adenia lobata, agit comme un expectorant et un déshydrateur, il est administré aux nourrissons afin de soulager l'asthénie [332]. Une décoction d'écorce-macérat est utilisée comme traitement des troubles pulmonaires [332]. Cette décoction est également utilisée comme gargarisme pour traiter les maux de dents [332]. Une bande d'écorce chauffée est placée sur la région lombaire pour soulager le lumbago [332]. L'écorce de racine, associée aux noix de kola (Cola spp.), Est mâchée pour soigner la toux [332]. L'écorce obtenue à partir de callosités sur l'arbre est attachée sur des plaies où elle est censée effectuer une guérison rapide - bien que cela semble être un cas de traitement sympathique, peut-être a-t-elle une justification [332]. La sève des racines sur pilotis est considérée comme médicinale pour les femmes [332]. La sève des plus grosses racines se boit comme un galactagogue; purificateur de sang; nettoyer l'estomac; et pour le traitement de la blennorrhée, de la toux et des affections thoraciques [332]., La sève est appliquée comme un lavage pour les personnes atteintes de la maladie du sommeil; lèpre; les fièvres; et pour soulager les maux et les douleurs, l'asthénie, les rhumatismes, etc. [332]. Le jus de racine est utilisé dans une embrocation topique pour traiter la congestion pulmonaire [332]. La cendre des racines en poudre, mélangée à de l'huile de palme en une pâte, est appliquée comme pansement cicatrisant sur les plaies de circoncision [332]. Les bourgeons foliaires et inflorescents sont enfermés dans une gaine stipulaire rouge qui peut mesurer 20 cm de long. Cela attire l'attention, en partie, au moins, sur la théorie des signatures, pour le traitement des conditions gynécologiques. Pour hâter l'accouchement, la gaine entière est bouillie dans de la soupe est utilisée comme un puissant emménagogue [332]. Les feuilles sont une médecine populaire, en particulier pour traiter une gamme de plaintes féminines. Ils sont utilisés dans une ordonnance pour préparer une douche vaginale pour les menstruations douloureuses; tandis que les bourgeons pulpés sont donnés aux femmes atteintes de leucorrhée et d'autres affections vaginales [332]. Les bourgeons sont écrasés et bouillis dans de l'eau qui, après filtration, est prélevée par tirage et par lavement pour traiter les troubles abdominaux. Ils sont combinés avec l'écorce d'Uapaca guineensis; poivre (soit un piment rouge ou une autre graine piquante); sel et sol nouvellement déposé du sommet d'une termitière, puis bouillis - le liquide après filtrage est pris par voie orale pour traiter l'estomac enflé et les gonflements dans d'autres parties du corps. L'action est présumée diurétique [332]. Le bourgeon terminal est écrasé entier et pris, souvent avec la sève ajoutée, pour calmer les crises d'épilepsie et de folie, pour traiter la blennorrhée et les douleurs cardiaques [332]. La sève exprimée à partir du bourgeon est utilisée comme goutte d'oreille pour traiter les maux d'oreille et est appliquée par voie topique pour les gonflements localisés [332]. Les poils de l'intérieur de la stipule sont considérés comme bons pour la guérison des brûlures et des plaies [332]. Les chatons sont cuisinés avec des arachides (Arachis hypogaea) et sont pris pour faciliter l'accouchement [332].

O

Origanum vulgare, Origan

img



legume-fleurlegume-feuille (laitue)

Note : ****

Détails : Feuille et fleur comestibles.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ***

P

Paederia foetida,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 6-12

legume-feuille (laitue)

Note : **

Détails : -feuilles - crues ou cuites ; bien qu'elles aient une saveur prononcée, les feuilles sont parfois mélangées à de la noix de coco râpée et des épices, puis consommées crues en accompagnement de riz ; les feuilles hachées sont cuites à la vapeur et mangées;


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Les feuilles sont largement utilisées en Asie et en Asie du Sud-Est, où elles sont particulièrement appréciées pour traiter les problèmes digestifs [310]. Des recherches considérables ont été menées sur les bienfaits médicinaux des plantes, plusieurs composés actifs ayant été enregistrés [310]. Plusieurs glucosides iridoïdes tels que l'asperuloside, le scandoside et le paederoside ont été isolés des parties aériennes de la plante [310]. Ces glucosides ont montré une activité antitumorale, le paederoside affichant le plus haut degré d'activité antitumorale [310]. Il a été démontré que le scandoside favorise la croissance des plants de laitue. Le paederoside a montré une activité inhibitrice similaire à celle de l'asperuloside et de l'acide daécétyl-asperulosidique dans un test d'inhibition de la croissance des plantes et dans un test d'activité antimicrobienne [310]. Les parties aériennes meurtries de la plante ont l'odeur fétide d'indole (méthyl-mercaptan). L'endommagement du tissu libère une enzyme qui sépare ce groupe contenant du soufre du paédéroside, et est donc responsable de l'odeur désagréable. Le composé soufré le plus abondant était le disulfure de diméthyle [310]. La présence d'alcaloïdes et d'une huile essentielle a également été enregistrée [310]. Les monoterpènes tels que le linalol constituent les principaux composants de l'huile [310]. Dans des enquêtes plus anciennes, les décoctions de la plante ont montré une action anti-inflammatoire significative contre l'arthrite [310]. La décoction a également montré une activité marquée contre l'ostéo-arthrite dégénérative [310]. La fraction hydrosoluble des parties aériennes a montré une activité anti-inflammatoire dans l'?dème [310]. Il n'a montré aucune action analgésique ou antipyrétique et n'a montré aucun potentiel ulcérogène [310]. Un extrait éthanolique des feuilles a montré une activité anticancéreuse contre le carcinome épidermoïde humain du nasopharynx [310]. Un extrait au méthanol des feuilles a montré un potentiel hépatoprotecteur, étant efficace pour inverser 6 des 12 paramètres biochimiques (enzymatiques) courants évalués [310]. Une autre étude a montré que la plante a une activité antidiarrhéique, agissant en inhibant la motilité intestinale - soutenant ainsi son utilisation en médecine traditionnelle [360]. Les feuilles sont anodines, antirhumatismales, antivineuses, astringentes, carminatives, dépuratives, diurétiques, réparatrices et vermifuges [147, 218, 310]. Ils sont couramment utilisés pour le traitement des troubles intestinaux tels que les douleurs abdominales, les coliques, les crampes, les flatulences et la dysenterie; et sont également utilisés pour traiter les rhumatismes et la goutte [147, 218, 310]. Les feuilles sont également utilisées pour traiter l'infertilité et la paralysie [218]. Les feuilles et les tiges sont également utilisées comme diurétique pour l'inflammation de l'urètre [310]. Pour traiter les problèmes intestinaux, les feuilles fraîches sont pilées, de l'eau ajoutée et l'infusion filtrée se boit régulièrement jusqu'à la convalescence [310]. La plante est considérée comme ayant de grands pouvoirs réparateurs, et les feuilles peuvent ainsi être mélangées à de la nourriture, bouillies et mangées - en Inde, elles sont souvent bouillies dans de la soupe pour atténuer leur odeur [310]. Appliquées à l'extérieur, les feuilles sont utilisées pour traiter les gonflements et les ecchymoses en général, et sont écrasées puis appliquées pour les maux d'oreille, les ulcérations du nez et les yeux gonflés [272, 310]. Ils sont utilisés comme cataplasme pour traiter un ventre gonflé, une distension, un herpès ou une teigne; et sont utilisés dans les bains antirhumatismaux [310]. Ils sont appliqués sur l'abdomen comme diurétique et aussi comme solvant pour les calculs vésicaux [310]. Le jus des feuilles est considéré comme astringent et est utilisé pour traiter la diarrhée chez les enfants [310]. L'écorce et la racine sont considérées comme émétiques [310]. Le jus de la racine est prescrit en cas d'indigestion, d'hémorroïdes, d'inflammation de la rate et de douleurs thoraciques et hépatiques [272, 310]. Cela peut aider à éliminer les poisons collectés dans le système [310]. Dans certaines régions de l'Inde, le fruit est utilisé pour noircir les dents, et il est également considéré comme un médicament pour prévenir et traiter les maux de dents [310, 360].

Pfaffia paniculata,
img



legume-racine (carotte)

Parties comestibles : racines (traduction automatique) | Original :

Détails : (traduction automatique).
Original :


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : La racine de Pfaffia est une plante médicinale très importante avec une très longue histoire d'utilisation traditionnelle parmi les peuples autochtones de la région amazonienne [318]. Considérée comme une panacée générale, elle était et est utilisée comme herbe tonique et rajeunissante pour traiter un large éventail de maladies et restaurer la virilité du corps [318]. En phytothérapie moderne, la racine est considérée comme un adaptogène et un tonique, capable d'augmenter la résistance du corps aux influences néfastes par un large éventail de facteurs physiques, chimiques et biochimiques et ayant un effet normalisant ou réparateur sur le corps dans son ensemble. [318]. Il est pris pour stimuler l'appétit et la circulation; augmenter la production d'?strogènes; équilibrer les niveaux de sucre dans le sang; améliorer le système immunitaire; renforcer le système musculaire; améliorer la mémoire; et comme tonique réparateur général après une maladie [318]. Il est utilisé pour traiter l'épuisement et la fatigue chronique; impuissance; arthrite; anémie; Diabète; cancer; hypertension artérielle; PMS, ménopause et troubles hormonaux; et de nombreux types de stress [318]. La racine contient 19 acides aminés différents, un grand nombre d'électrolytes, des oligo-éléments, du fer, du magnésium, du zinc, des vitamines A, B1, B2, E, K et de l'acide pantothénique. Sa forte teneur en germanium explique probablement ses propriétés d'oxygénateur au niveau cellulaire; sa teneur élevée en fer peut expliquer son utilisation traditionnelle pour l'anémie. La racine contient également de nouveaux composés phytochimiques, notamment des saponines, des acides pfaffic, des glycosides et des nortriterpènes [318]. Les saponines sont bien connues pour avoir un large spectre d'activités comprenant l'abaissement du cholestérol sanguin; inhiber la croissance des cellules cancéreuses; et agissant comme agents antifongiques et antibactériens [318]. Ils sont également appelés détergents naturels et agents moussants [318]. Les phytochimistes rapportent que les saponines peuvent agir en se liant aux acides biliaires et au cholestérol. On pense que ces produits chimiques «nettoient» ou purgent ces composés gras du corps (abaissant ainsi le taux de cholestérol sanguin) [318]. Les saponines spécifiques trouvées dans les racines de suma comprennent un groupe de nouveaux composés phytochimiques appelés pfaffosides. Ces saponines ont démontré cliniquement leur capacité à inhiber les mélanomes des cellules tumorales et à aider à réguler la glycémie [318]. Pfaffia a démontré des activités analgésiques et anti-inflammatoires dans diverses études [318].

Primula veris, Primevère officinale

img



legume-fleurlegume-feuille (laitue)

Note : ***

Détails : fleurs, feuilles - crues ou cuites, transformées en sirop ou utilisées localement comme succédané du thé. Les feuilles et fleurs peuvent être consommées crues ou cuites comme pour la primevère élevée (Primula eliator), la primevère acaule (Primula vulgaris) et Primula juliae. Les feuilles sont meilleures lorsqu'elles sont jeunes et apportent une note légèrement anisée un peu piquante (que l'on retrouve en plus fort dans les racines) dans une salade composée. Après le printemps, il vaut mieux les cuire en soupe ou en légume mais de préférence avec d'autres plantes car elles sont parfois un peu fortes. La friture les rend croustillantes à souhait. Elles flétrissent lorsque la plante a formé ses graines. Les fleurs sont consommées en salade mêlées à d'autres fleurs et interviennent dans différents breuvages (thés, tisanes, infusions, sirops ; aromatisation du vin et des vinaigres). Elles décorent les plats chauds ou froids et sont également utilisées confites au sucre en pâtisserieµ{{{wiki.



Partie(s) comestible(s) : fleurs, feuilles, épice, feuilles - thé, nectar.

Utilisation(s)/usage(s) culinaire(s) :

-les fleurs sont ajoutées aux salades ; elles sont également utilisées dans les conserves et pickles ; elles sont également utilisées pour les vins et pour le thé ; les fleurs ont également été confites ;

-les jeunes feuilles sont consommées crues en salade et cuites comme potherbe et utilisées comme un substitut pour le thé.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ***

Usages médicinaux : ce sont les mêmes que ceux de la primevère commune et de la primevère élevée :
?les fleurs, adoucissantes et calmantes, sont utilisées dans des mélanges pectoraux ;
?les feuilles sont anti-ecchymotiques ;
?toute la plante et particulièrement la racine ont des propriétés analgésiques, antispasmodiques, diurétiques et expectorantesµ{{{wikiµ.


Primula vulgaris, Primevère commune

img



legume-fleurlegume-feuille (laitue)

Note : ***

Détails : Les feuilles sont consommées cuites ou crues en salade. Elles sont meilleures lorsqu'elles sont jeunes et apportent une note légèrement anisée un peu piquante (que l'on retrouve en plus fort dans les racines) dans une salade composée. Après le printemps, il vaut mieux les cuire en soupe ou en légume mais de préférence avec d'autres plantes car elles sont parfois un peu fortes. La friture les rend croustillantes à souhait. Les fleurs sont consommées crues en salade, mêlées à d'autres fleurs et interviennent dans différents breuvages (thés, tisanes, infusions, sirops ; aromatisation du vin et des vinaigres). Elles décorent les plats chauds ou froids et sont également utilisées en conserve, confites au sucre (fermentées avec de l'eau et du sucre) en pâtisserie.



Fleurs, feuilles, nectar.

-jeunes feuilles consommées cuites ou crues en salade ; les feuilles sont utilisées dans les soupes ;

-les fleurs sont consommées crues en salade ; elles sont également cuites (ex. : comme potherbe) ou utilisées en conserve ; les fleurs sont fermentées avec de l'eau et du sucre ;

-feuilles et fleurs transformées en sirop ou utilisées localement comme succédané du thé.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ***

Usages médicinaux : Ce sont les mêmes que celles de la primevère officinale et de la primevère élevée :

les fleurs, adoucissantes et calmantes, sont utilisées dans des mélanges pectoraux ;
les feuilles sont anti-ecchymotiques ;
toute la plante et particulièrement la racine ont des propriétés analgésiques, antispasmodiques, diurétiques et expectorantesµ{{{wikiµ.


Ptychopetalum olacoides,
img



legume-racine (carotte)tronc

Parties comestibles : bois, racine (traduction automatique) | Original :

Détails : (traduction automatique).
Original :


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Muira Puama a une longue histoire d'utilisation médicinale par les peuples autochtones de la région amazonienne. Beaucoup de ces utilisations ont été adoptées par les Européens à leur arrivée en Amérique du Sud et ont ensuite été vérifiées par la recherche moderne. La plante est couramment utilisée dans de nombreuses régions d'Amérique du Sud, et cette utilisation se répand dans d'autres régions du monde [318]. Les principaux produits chimiques végétaux trouvés dans le muira puama comprennent: l'alpha-copaène, l'alpha-élémène, l'alpha-guaiène, l'alpha-humulène, l'alpha-muurolène, l'alpha-pinène, l'acide alpha-résinique, l'alpha-terpinène, l'acide arachidique, l'allo-aromadendren, acide béhénique, bêta-bisabolène, bêta-caryophyllène, bêta-pinène, acide bêta-résinique, bêta-sitostérol, bêta-transfarnesène, bornéol, campestérols, camphène, camphre, car-3-ène, caryophyllène, acide cérotique, chrome, coumarine , cubebène, delta-cadinène, acide dotriacontanoïque, élixène, ergostérols, eugénol, huiles essentielles, gamma-muurolène, acide hentriacontanoïque, acide heptacosanoïque, acide lignocérique, limonène, linalol, lupéol, acide mélissique, acide montanique, muirapuamine, myrcène, acide nonacosanoïque, acide para-cymène, acide pentacosanoïque, acide phlobaphène, trichosanoïque et acide non salinique. L'une des premières études sur la plante a montré que le muira puama était efficace dans le traitement des troubles du système nerveux et de l'impuissance sexuelle, et que «l'effet permanent est produit dans l'ataxie locomotrice, les névralgies de longue date, les rhumatismes chroniques et la paralysie partielle.» [ 318]. Les bénéfices du traitement de l'impuissance avec le muira puama ont été étudiés dans deux essais chez l'homme en France, qui ont rapporté que le muira puama était efficace pour améliorer la libido et traiter la dysfonction érectile [318]. Dans une autre étude, Il a été rapporté que les extraits de muira puama ont des effets adaptogènes, antifatigue, antistress et bénéfiques sur le système nerveux central [318]. Des chercheurs brésiliens ont documenté un effet certain de l'écorce sur le système nerveux central [318]. L'écorce de muira puama a également démontré un effet hypotenseur léger, de courte durée [318]. La racine inhibe les ulcères induits par le stress [318]. La feuille a démontré un effet analgésique [318]. Des chercheurs brésiliens ont rapporté en 2003 qu'un extrait alcoolique de muira puama facilitait la récupération de la mémoire et ont noté qu'il pourrait être bénéfique pour les patients atteints de la maladie d'Alzheimer. Leur prochaine étude publiée en 2004 a rapporté qu'un extrait alcoolique de muira puama protégeait et augmentait la viabilité des cellules cérébrales (en partie grâce à un effet antioxydant), ce qui pourrait être bénéfique pour les victimes d'AVC [318]. Traditionnellement, les tiges et les racines des jeunes plantes sont utilisées comme tonique pour traiter les problèmes neuromusculaires; une décoction de racine est utilisée dans les bains et les massages pour traiter la paralysie et le béribéri; tandis qu'un thé à la racine et à l'écorce est pris pour traiter la débilité sexuelle, les rhumatismes, la grippe et la faiblesse cardiaque et gastro-intestinale. La plante y est également appréciée comme préventif contre la calvitie [318]. Dans l'herboristerie moderne, le muira puama est un stimulant sexuel très apprécié, réputé comme un puissant aphrodisiaque. Il est utilisé comme tonique neuromusculaire pour traiter la faiblesse et la paralysie, la dyspepsie, les troubles menstruels, l'impuissance sexuelle, la grippe et les troubles du système nerveux central [318]. Il est appliqué en externe pour traiter les rhumatismes chroniques [318]. Pour obtenir les effets de libido et de puissance de cette plante particulière, des méthodes de préparation appropriées doivent être utilisées. Les constituants actifs considérés comme responsables de la puissance et de l'effet libido de muira puama ne sont pas solubles dans l'eau - la prise d'écorce ou de poudre de racine dans des capsules ou des comprimés ne sera pas efficace car ces produits chimiques ne peuvent pas être digérés ou absorbés. Une chaleur élevée pendant au moins 20 minutes avec de l'alcool est nécessaire pour libérer les huiles volatiles et essentielles, les terpènes, les gommes et les résines trouvés dans l'écorce et la racine qui ont été liés aux effets bénéfiques de muira puama [318].

Ptychopetalum uncinatum,
Pas d\'illustration
pour le moment 😕




Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Muira Puama a une longue histoire d'utilisation médicinale par les peuples autochtones de la région amazonienne. Beaucoup de ces utilisations ont été adoptées par les Européens à leur arrivée en Amérique du Sud et ont ensuite été vérifiées par la recherche moderne. La plante est couramment utilisée dans de nombreuses régions d'Amérique du Sud, et cette utilisation se répand dans d'autres régions du monde [318]. Les principaux produits chimiques végétaux trouvés dans le muira puama comprennent: l'alpha-copaène, l'alpha-élémène, l'alpha-guaiène, l'alpha-humulène, l'alpha-muurolène, l'alpha-pinène, l'acide alpha-résinique, l'alpha-terpinène, l'acide arachidique, l'allo-aromadendren, acide béhénique, bêta-bisabolène, bêta-caryophyllène, bêta-pinène, acide bêta-résinique, bêta-sitostérol, bêta-transfarnesène, bornéol, campestérols, camphène, camphre, car-3-ène, caryophyllène, acide cérotique, chrome, coumarine , cubebène, delta-cadinène, acide dotriacontanoïque, élixène, ergostérols, eugénol, huiles essentielles, gamma-muurolène, acide hentriacontanoïque, acide heptacosanoïque, acide lignocérique, limonène, linalol, lupéol, acide mélissique, acide montanique, muirapuamine, myrcène, acide nonacosanoïque, acide para-cymène, acide pentacosanoïque, acide phlobaphène, trichosanoïque et acide non salinique. L'une des premières études sur la plante a montré que le muira puama était efficace dans le traitement des troubles du système nerveux et de l'impuissance sexuelle, et que «l'effet permanent est produit dans l'ataxie locomotrice, les névralgies de longue date, les rhumatismes chroniques et la paralysie partielle.» [ 318]. Les bénéfices du traitement de l'impuissance avec le muira puama ont été étudiés dans deux essais chez l'homme en France, qui ont rapporté que le muira puama était efficace pour améliorer la libido et traiter la dysfonction érectile [318]. Dans une autre étude, Il a été rapporté que les extraits de muira puama ont des effets adaptogènes, antifatigue, antistress et bénéfiques sur le système nerveux central [318]. Des chercheurs brésiliens ont documenté un effet certain de l'écorce sur le système nerveux central [318]. L'écorce de muira puama a également démontré un effet hypotenseur léger, de courte durée [318]. La racine inhibe les ulcères induits par le stress [318]. La feuille a démontré un effet analgésique [318]. Des chercheurs brésiliens ont rapporté en 2003 qu'un extrait alcoolique de muira puama facilitait la récupération de la mémoire et ont noté qu'il pourrait être bénéfique pour les patients atteints de la maladie d'Alzheimer. Leur prochaine étude publiée en 2004 a rapporté qu'un extrait alcoolique de muira puama protégeait et augmentait la viabilité des cellules cérébrales (en partie grâce à un effet antioxydant), ce qui pourrait être bénéfique pour les victimes d'AVC [318]. Traditionnellement, les tiges et les racines des jeunes plantes sont utilisées comme tonique pour traiter les problèmes neuromusculaires; une décoction de racine est utilisée dans les bains et les massages pour traiter la paralysie et le béribéri; tandis qu'un thé à la racine et à l'écorce est pris pour traiter la débilité sexuelle, les rhumatismes, la grippe et la faiblesse cardiaque et gastro-intestinale. La plante y est également appréciée comme préventif contre la calvitie [318]. Dans l'herboristerie moderne, le muira puama est un stimulant sexuel très apprécié, réputé comme un puissant aphrodisiaque. Il est utilisé comme tonique neuromusculaire pour traiter la faiblesse et la paralysie, la dyspepsie, les troubles menstruels, l'impuissance sexuelle, la grippe et les troubles du système nerveux central [318]. Il est appliqué en externe pour traiter les rhumatismes chroniques [318]. Pour obtenir les effets de libido et de puissance de cette plante particulière, des méthodes de préparation appropriées doivent être utilisées. Les constituants actifs considérés comme responsables de la puissance et de l'effet libido de muira puama ne sont pas solubles dans l'eau - la prise d'écorce ou de poudre de racine dans des capsules ou des comprimés ne sera pas efficace car ces produits chimiques ne peuvent pas être digérés ou absorbés. Une chaleur élevée pendant au moins 20 minutes avec de l'alcool est nécessaire pour libérer les huiles volatiles et essentielles, les terpènes, les gommes et les résines trouvés dans l'écorce et la racine qui ont été liés aux effets bénéfiques de muira puama [318].

R

Rubus spectabilis, Ronce remarquable

img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 4-8

legume-fruit (tomate)legume-fleurlegume-feuille (laitue)

Note : ***

Détails : Partie(s) comestible(s) : fleurs, fruit, tige, feuilles - thé culinaires : -les fruits sont consommés crus. ; ils sont également séchés ou transformés en tartes et gelées ; -les jeunes pousses sont épluchées et mangées crues ou grillées ; -les feuilles sont utilisées comme un substitut pour le thé.



Fruits - crus, cuits ou séchés pour une utilisation ultérieure. Juteux avec une très bonne saveur, ils peuvent être transformés en confitures et gelées. Cette espèce n'a pas beaucoup de valeur en Grande-Bretagne car elle ne fructifie pas librement pendant les étés plus frais de ce pays et les fruits ne développent pas toujours toute leur saveurµ. Un autre rapport dit qu'il fructifie librement en Grande-Bretagne {{{5(+)µ. Le fruit peut varier en couleur du jaune à l'orange en passant par le rouge, il a à peu près la taille d'une framboise mais sa saveur est plutôt inférieure et il a souvent une amertume distinctive, en particulier pendant les étés plus frais.

Les baies sont comestibles. Bien que certains livres disent qu'elles n'ont pas de goût, elles peuvent être consommées en confitures ou pour en faire de l'alcool de vin.

Elles sont traditionnellement utilisées pour préparer le pemmican (recette typiquement amérindienne, à base de graisse animale), à partir de saumon ou de graisse d'eulakane (poisson-chandelle). Son nom anglais Salmonberry (littéralement « baie de saumon ») proviendrait du fait qu'elle était consommée avec des rogues (?ufs) de saumons.





Jeunes pousses - pelées et consommées crues ou cuites comme des asperges. Elles sont récoltées au printemps lorsqu'elles poussent au-dessus du sol et alors qu'elles sont encore tendres. Les feuilles sont utilisées comme substitut du thé.



Fleurs ? crues.




Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : **

Usages médicinaux : Les feuilles et la racine sont astringentes[172]. Un cataplasme de feuilles mâchées a été utilisé comme pansement sur les brûlures[257]. L'écorce de racine est analgésique, astringente, désinfectante et stomachique[257]. La décoction est utilisée dans le traitement des maux d'estomac[257]. Une décoction a été utilisée pour atténuer les douleurs de l'accouchement[257]. L'écorce en poudre a été utilisée comme poudre à saupoudrer sur les brûlures et les plaies[257]. Un cataplasme d'écorce a été appliqué sur les plaies et les dents douloureuses pour soulager la douleur[257]. Un cataplasme d'écorce mâchée a été utilisé comme pansement pour soulager la douleur et nettoyer les brûlures et les plaies[257]

S

Sarcocephalus latifolius, Pêche africaine

img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

legume-fruit (tomate)legume-fleurlegume-feuille (laitue)

Note : ***

Détails : -fruits - crus ; la pulpe est rouge foncé, aqueuse, sucrée avec un goût de pomme mûre ; on dit que le fruit ressemble à une fraise en goût et en texture ; le fruit globuleux mesure environ 8 cm de diamètre ; les fruits mûrs sont consommés crus et


Précautions

(1*)ATTENTION : cela peut provoquer des avortements ; il est également utilisé pour le poison des flèchesµ{{{0(+x)µ (de quelle partie s'agit-il ? (qp*))

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Utilisé dans le traitement du diabète [303, 307]. La racine est fébrifuge et tonique [46]. Il est utilisé dans le traitement de la fièvre, de l'indigestion [46]. Le fruit est consommé comme remède contre la toux [303]. L'alcaloïde strictosamine est obtenu à partir des racines, des feuilles et de l'écorce de tige [303]. Les chercheurs ont rapporté que le tramadol (un analgésique opioïde) a été trouvé à des concentrations relativement élevées (1% +) dans les racines de Nauclea latifolia. On rapporte maintenant que cela est le résultat de l'administration de tramadol aux bovins par les agriculteurs. L'analyse au radiocarbone a confirmé que le tramadol ne pouvait pas être dérivé de plantes et était d'origine synthétique (wikipedia.org/wiki/Tramadol).

Senna alata,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

legume-fruit (tomate)legume-feuille (laitue)

Note : **

Détails : -jeunes feuilles - cuites ; les feuilles grillées sont parfois utilisées comme succédané du café ; -jeunes gousses - cuites et consommées comme légume ; utilisées uniquement en petites quantités.(1*)


Précautions

(1*)ATTENTION : la plante peut devenir une mauvaise herbe dans les pâturages ; elle n'est pas consommée par le bétail et serait toxique, en particulier pour les chèvres ; l'écorce est utilisée comme poison de poissonµ{{{5(+)µ (toutes les parties de la plante sont toxiques si elles sont ingéréesµ{{{5(K)µ).

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Le buisson de teigne est largement utilisé comme médecine traditionnelle, particulièrement apprécié pour son effet laxatif et son traitement efficace de plusieurs affections cutanées, dont la teigne et la gale. La recherche tend à confirmer la validité de ces traitements traditionnels. Un certain nombre de dérivés d'anthraquinone ont été isolés des feuilles, tels que l'aloe-émodine, le chrysophanol, l'isochrysophanol et la rhéine, ainsi que l'alcaloïde tyramine et le stéroïde bêta-sitostérol commun [299]. Les extraits bruts de feuilles ont montré une activité antibactérienne contre une gamme de bactéries (comme Dermatophilus congolensis, qui provoque une affection cutanée grave chez les bovins), des propriétés antifongiques (comme contre le Pityriasis versicolor chez l'homme), ainsi qu'une activité antitumorale [299]. L'écorce contient des tanins [299]. Les pétales contiennent des anthraquinones, des glycosides, des stéroïdes, tanins et huile volatile [299]. Les extraits de pétales ont une activité bactéricide contre les bactéries à Gram positif mais pas contre les bactéries à Gram négatif [299]. La plante est laxative, antibactérienne, antitumorale, anti-inflammatoire, diurétique, analgésique, vulnéraire, faiblement antifongique, hypoglycémique et antispasmodique [311]. Les feuilles sont laxatives [348]. Ils sont pris en interne comme remède contre la constipation et pour purifier le sang [311]. Les feuilles sont décoctées, avec ou sans Tripogandra serrulata et Persea americana, comme traitement de la biliousness et de l'hypertension. Les feuilles sont largement utilisées dans le traitement des maladies de la peau [298]. Ils peuvent être appliqués sous forme de teinture; comme cataplasme; en poudre, puis mélangé avec de l'huile sous forme de pommade; ou la sève peut être répandue sur la zone touchée - ils forment un traitement efficace pour les imperfections cutanées, la gale, teigne et autres infections cutanées fongiques [302, 310, 311]. L'écorce est utilisée pour traiter les maladies de la peau, la diarrhée, les vers, les maladies parasitaires de la peau, la gale et l'eczéma [311]. La racine est laxative. Une perfusion est utilisée dans le traitement de la diarrhée, des tympanites, des problèmes d'utérus et de l'expulsion du ver filaria [348]. La racine est appliquée à l'extérieur pour traiter les plaies et les champignons cutanés [348]. Les fleurs sont utilisées comme laxatif et vermifuge [348]. Une perfusion est utilisée pour remédier aux affections de la rate [348]. Une décoction associée au Zingiber officinale est utilisée comme traitement de la grippe et comme abortif [348]. Ils sont décoctés avec du lait de coco pour être utilisés comme laxatif [348]. Les feuilles, les fleurs et les fruits sont mélangés dans une infusion pour traiter les problèmes d'estomac [348]. La graine est laxative et anthelminthique. Il est cuit et utilisé comme remède contre les vers intestinaux [348]. La feuille contient de l'anthraquinone purgative et présente également une certaine activité antimicrobienne [348]. La tige contient du chrysophanol, de l'émodine, de la rhéine et de l'aloès émodine [348]. La feuille et le fruit contiennent des dérivés anthracéniques purgatifs de l'aloès émodine et de la rhéine [348].

Solanum paniculatum,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

legume-fruit (tomate)

Détails : C'est amer ; les fruits sont utilisés pour faire du vin.


Précautions

ATTENTION : bien que fournissant de nombreux aliments bien connus aux humains, y compris la pomme de terre, la tomate, le poivron et l'aubergine, la plupart des plantes de la famille des solanacées contiennent également des alcaloïdes toxiques ; à moins qu'il y ait des entrées spécifiques avec des informations sur les utilisations comestibles, il serait imprudent d'ingérer une partie de cette plante (toutes les parties de la plante sont toxiques si elles sont ingérées)µ{{{5(K)µ.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : La plante est couramment utilisée au Brésil, notamment pour traiter les problèmes digestifs et un foie paresseux. La recherche moderne a confirmé ces usages traditionnels. La plante contient un certain nombre de composés actifs, notamment des stéroïdes, des saponines, des glycosides et des alcaloïdes dans la racine, la tige et les feuilles. Les alcaloïdes se trouvent plus abondamment dans la racine, bien qu'ils soient également présents dans la tige et les feuilles. Les stéroïdes et les saponines se trouvent en plus grande quantité dans la racine, tandis que les feuilles contiennent la plus grande quantité de glycosides. On a également constaté que la plante contenait une grande proportion de propriétés amères, dont on pensait qu'elles contribuaient à sa capacité à stimuler la digestion [318]. La solanidine et la solasodine ont été découvertes dans les feuilles et les fruits, ce qui explique probablement ses propriétés hépatiques [318]. Le composé solanine, également trouvé dans la plante, a été documenté dans la recherche clinique pour posséder une activité analgésique (peut-être par sa capacité à bloquer les impulsions de douleur dans le système nerveux) [318]. Une étude a montré que la racine, la tige, la fleur, la feuille et le fruit de la plante ont une activité anti-ulcéreuse [318]. La plante a également été documentée pour avoir une activité cardiotonique, probablement due à la solanidine alcaloïde, qui a été documentée pour avoir cette activité [318]. Les feuilles et les racines sont utilisées comme tonique et pour traiter la fièvre, l'anémie, l'érysipèle, l'hépatite, les troubles du foie et de la rate, les tumeurs utérines, le syndrome du côlon irritable, la gastrite chronique et d'autres problèmes digestifs tels que la digestion lente, les ballonnements et les flatulences. Le thé aux feuilles de Jurubeba est un remède domestique très courant dans tout le Brésil pour la gueule de bois, surtout lorsqu'il est combiné avec une indigestion et des ballonnements dus à une suralimentation [318]. La plante est parfois employée en externe dans les cataplasmes pour cicatriser les plaies et les ulcères [318].

Syzygium aromaticum, Giroflier

img



legume-fleur

Note : ****

Détails : Partie(s) comestible(s) : bourgeon floral, épice, huile culinaires : les boutons floraux séchés sont utilisés pour aromatiser les aliments ; ils sont utilisés avec du jambon, des saucisses, des pommes au four, de la viande hachée, des tartes, des confitures et des pickles ; ils sont la source d'une huile utilisée dans l'industrie alimentaire pour aromatiser des boissons, des desserts, des chewing-gums, des produits de boulangerie et de la crème glacée ;

-la pulpe du fruit est consommée ;

-les fleurs séchées sont également mâchées.(1*)


Précautions

(1*)ATTENTIONµ0(+x)µ : utiliser de grandes quantités peut provoquer des allergiesµ{{{0(+x)µ.

Note médicinale : ****

T

Taxus canadensis,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 4-8

legume-fruit (tomate)

Note : ***

Détails : Fruits - crus ; très sucré et gélatineux, la plupart des gens le trouvent délicieux ; le fruit est une baie charnue d'environ 8 mm de diamètre et contenant une seule graine ; les arbres produisent généralement de bonnes récoltes chaque année ; toutes les autres parties de cette plante, y compris la graine, sont hautement toxiques ; lorsque vous mangez le fruit, vous devez recracher la grosse graine qui se trouve au centre du fruit ; si vous avalez la graine entière, elle passera directement à travers vous sans dommage, si la graine a été mordue, cependant, cela pourrait causer des problèmes.(1*)


Précautions

(1*)ATTENTION : toutes les parties de la plante, à l'exception de la chair du fruit, sont hautement toxiquesµ{{{5(+)µ.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : L'if canadien est une plante très toxique, bien qu'il ait été utilisé en médecine par plusieurs tribus indiennes d'Amérique du Nord qui utilisaient des quantités infimes de feuilles à la fois à l'intérieur et à l'extérieur afin de traiter une variété de plaintes, y compris les rhumatismes, les fièvres, la grippe, l'expulsion après la naissance et dissiper les caillots [213, 222, 257]. Des recherches modernes ont montré qu'il contient la substance «taxol» dans ses pousses et son écorce. Le taxol a montré un potentiel excitant en tant que médicament anticancéreux, en particulier dans le traitement des cancers de l'ovaire [222, 238]. Ce remède est très toxique et, même lorsqu'il est utilisé à l'extérieur, ne doit être utilisé que sous la supervision d'un praticien qualifié [238]. Voir également les notes ci-dessus sur la toxicité. La plante est abortive, analgésique, antirhumatismale, antitumorale, diaphorétique, diurétique, emménagogue, fébrifuge et pectorale [257].

U

Umbilicus rupestris, Nombril-de-Vénus commun

img



legume-feuille (laitue)

Note : ***

Détails : Partie(s) comestible(s) : feuilles. Utilisation(s)/usage(s) culinaire(s) : Feuilles - crues ou cuites. Elles sont tendres et ont une saveur douce très acceptable, lorsqu'elles sont jeunes, en hiver et au début du printemps, où elles peuvent être utilisées en quantité dans les salades, mais un goût plus relevé, moins agréable, en été.



Les feuilles vertes, voire les tiges, sont comestibles crues (en dehors de la saison estivale) : très tendres, elles ont un goût de concombre juteux et une texture un peu gélatineuse. Les feuilles plus âgées peuvent être légèrement acidulées à l'aube (goût dû à l'accumulation nocturne d'acide citrique, isoctrique et malique synthétisés au cours du métabolisme acide crassulacéen et à la désacidification diurne progressive). Elles peuvent être conservées dans du vinaigre à la manière des cornichons ou préparées en salade. Les inflorescences également comestibles sont amères et peu plaisantes à manger.



En Bretagne, on écrasait ses feuilles fraîches pour en extraire le suc dont on frottait avec un chiffon les poêles et crêpières pour les « graisser », évitant ainsi que la nourriture s'y attache. Cette technique était notamment utilisée pour « culotter » les poêles lorsqu'elles étaient neuves. Le nom breton de la plante, krampouezh-mouezig (crêpes musicales) fait peut-être allusion au crépitement du métal chaud lorsque la feuille est appliquée dessus.



Dédiée à la déesse Vénus à qui on réserve souvent les plantes les plus raffinées, elle entrait au Moyen Âge dans la composition des filtres d'amour.




Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : *

Usages médicinaux : Les feuilles ont un usage médicinal : diurétiques, cholagogues, vulnéraires ; après en avoir retiré la cuticule inférieure, on les applique sur les plaies pour les aider à cicatriser, sur les brûlures pour en calmer la douleur ou comme maturatif pour soigner abcès, furoncles et panaris. Cet usage est résumé dans l'expression de l'ethnobotaniste Pierre Lieutaghi, « un pansement tout préparé »µ{{{wikiµ.

Les feuilles sont légèrement analgésiques[7]. Le jus et l'extrait de la plante ont une vieille réputation pour le traitement de l'épilepsie[4]. Les feuilles sont également transformées en cataplasme et utilisées dans le traitement des hémorroïdes, des brûlures légères et des échaudures[4, 7]. Une décoction de feuilles est considérée comme rafraîchissante et diurétique et le jus pris à l'intérieur est réputé excellent pour traiter les inflammations du foie et de la rate


Z

Zingiber officinale Gingembre

img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : -9/-10°C

legume-feuille (laitue)legume-racine (carotte)

Note : ****

Détails : Partie(s) comestible(s) : rhizome, racine, feuilles, herbe, épice, légume.

Utilisation(s)/usage(s) culinaire(s) :

-le rhizome souterrain est consommé cru ou en salade ;

-les jeunes pousses sont épicées et peuvent être consommées ; ces jeunes pousses sont consommées comme légume ; elles sont également picklées ;

-le rhizome peut être séché et réduit en poudre ; ces vieilles racines sont utilisées comme épice ; elles sont conservées dans du sirop ;

-l'huile de gingembre est utilisée comme aromatisant ;

-le gingembre est utilisé pour les boissons ;

-le jus peut être utilisé pour faire cailler le lait (agent de coagulation/caillage /caille-lait substitut de présure) pour la préparation de fromage.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : *****





Responsabilité : Le Potager de mes Rêves (ainsi que tout membre de cette association) ne peut être tenu responsable pour toute allergie, maladie ou effet nuisible que toute personne ou animal pourrait subir suite à l'utilisation de toute plante mentionnée sur ce site (https://lepotager-demesreves.fr) ; cf. "Notes et mises en garde", pour plus d'informations sur les précautions à prendre.



Licence Creative Commons


Page Facebook du Potager de mes/nos Rêves


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !